Hollande calme le jeu avec les frondeurs

François Hollande a reçu les députés contestataires mercredi soir à l’Elysée. Une rencontre sous le signe du dialogue entre le gouvernement et l’aile gauche du PS.

Francois_Hollande_and_Vladimir_Putin,_Moscow_6_dec_2014_-_05-cropped

François Hollande, le 06 décembre 2014. © Reuters

Quatorze parlementaires en désaccord avec l’exécutif ont pu échanger avec le chef de l’Etat. « Ça s’est bien passé, le président nous a reçu longtemps, on a pu exposer nos convictions, nos raisonnements », s’est félicitée la députée frondeuse du Doubs, Barbara Romagnan, dans une interview accordée au Monde. Même si, lors de ce dialogue, les désaccords sont restés présents.

Le président de la république lançait déjà le début des hostilités dans un entretien pour Challenges publié mercredi après-midi en affirmant qu’il n’y aurait « Pas de changement, ni de ligne, ni de premier ministre ». Malgré cette fermeté affichée sur la place publique, François Hollande a reçu les frondeurs autour d’un apéritif qui a duré deux heures et demi. Un moyen comme un autre de faire passer la pilule de l’utilisation du 49.3 à propos de la loi Macron, qui fait des émules depuis trois semaines.

Lire : article de l’Humanité sur l’utilisation de l’article 49.3 de la Constitution.

Le message adressé au Président était clair : en l’état, sa politique ne passe pas auprès de la majorité de son parti, mais « l’essentiel est qu’il y ait un dialogue ». Le chef d’Etat a ainsi affirmé sa volonté de rassemblement. « On a la même envie, accorde Barbara Romagnan, mais on pense aussi que le rassemblement passe par le changement d’un certain nombre de politiques. » Changement qui n’est pas à l’ordre du jour pour le Président.

Le résumé de la rencontre par Barbara Romagnan sur France Info :

Cette discussion reste sans conséquence ni amélioration sur la situation du parti socialiste qui ne cesse de se déchirer. Le dialogue de sourd reste à l’ordre du jour. Mais en tentant de rassembler les ailes de droite et de gauche du Parti, François Hollande cherche peut-être simplement à s’assurer une majorité à deux ans de la présidentielle.

 

Ariane Cairoli

Écrit par arianeyassine