D’après le New York Times, l’ex-secrétaire d’Etat américain n’aurait pas utilisée une adresse professionnelle ultra-sécurisée, habituellement requise, durant les quatre ans du premier mandat Obama.

Les opposants d’Hillary Clinton crient déjà au scandale, alors que sa participation aux élections présidentielles de 2016 n’est pas encore officialisée. De 2008 à 2012, lors du premier mandat de Barack Obama, la démocrate était secrétaire d’Etat. Pour assurer ses fonctions, Hillary Clinton avait choisi de se servir de son adresse mail personnelle, au lieu d’une adresse professionnelle, si l’on en croit le New York Times.

Prouver sa bonne foi

Au delà des questions de sécurité soulevées par les spécialistes, la femme politique est critiquée pour son manque de respect de la loi fédérale. En août 2013, la National Archives and Records Administration avait instauré l’obligation d’utiliser une adresse mail professionnelle, mais Hillary Clinton a quitté ses fonctions avant. Une autre loi existe depuis près de 20 ans, et décrit le principe d’archivage des correspondances des hauts responsables : mails compris. Les conseillers de l’ex-secrétaire d’Etat avaient déjà fait parvenir 55.000 pages de courriels aux autorités.

Rien de véritablement illégal donc, mais une occasion en or pour les opposants d’Hillary Clinton de la discréditer. Jeb Bush, qui pourrait être son principal adversaire en 2016, a déclaré sur Twitter : « Question de transparence. Les mails non classés d’Hillary Clinton doivent être publiés. Vous pouvez voir le mien sur mon site web ».

 

Fawaz Teffahi

Écrit par mahurafawaz