Grèce : 300 migrants blessés à la frontière

 

Heurtes entre migrant et policier à idomeni

Heurtes entre migrants et policiers à Idomeni

Près de 300 migrants ont été blessés par la police ce Dimanche 10 Avril à Idomeni, petite ville au bord de la frontière macédonienne. Plus de 11 000 migrants s’entassent dans ce camps improvisé aux conditions précaires.

Les heurts ont commencé en début de matinée après de fausses rumeurs de réouverture de la frontière entre la Grèce et la Macédoine. Des migrants ont tenté de détruire une partie du grillage qui sépare les deux pays et ont jeté des pierres sur les policiers macédoniens.

Les forces de l’ordre ont riposté à coup de gaz lacrymogène et de grenades assourdissantes provoquant l’évanouissement de dizaines de manifestants.

Le responsable de MSF dans le camp d’Idomeni a précisé que « environ 300 personnes ont été blessées, dont 200 ont été secourues par notre unité médicale pour des problèmes respiratoires, 30 pour des blessures provenant des balles en plastique et 30 pour d’autres blessures ».

 

Alors que la police macédonienne se défend d’avoir utilisé des balles en plastique, le porte-parole du service grec de coordination de la crise migratoire, Giorgos Kyritsis, a dénoncé une utilisation « dangereuse et condamnable » des « balles en plastique, des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes ».

L’impasse des Balkans

Il s’agit déjà du troisième incident à Idomeni depuis la fermeture de la « route des Balkans », chemin emprunté par les réfugiés qui souhaitent se rendre dans les pays du nord de l’Europe.

Les tentatives du gouvernement grec pour convaincre les migrants d’Idomeni de quitter les lieux et être transférés dans des centres d’accueils avoisinants n’ont pas eu les résultats attendus, les migrants préférant rester sur place car ils espèrent toujours l’ouverture de la frontière.

Écrit par Evan Jorssen