Angoulême : un prix qui fait polémique

Depuis le début du mois de janvier, la nomination du Grand Prix fait polémique. De nombreux auteurs ont dénoncé l’absence des femmes dans la compétition. 

Suite à ce cri d’alerte, les organisateurs ont ajouté la Française Claire Wendling à la compétition face à Hermann (dessinateur belge) et Alan Moore (écrivain britannique).

Il n’y a pas que les auteures qui dénoncent cette injustice, mais aussi les écrivains comme Etienne Davodeau, Riad Sattouf, Charles Burns et pleins d’autres encore. Après Riad Sattouf, créateur de la nouvelle BD  » Les Cahiers d’Esther « , c’est au tour d’Etienne Davodeau de supporter les femmes en s’écartant de la compétition 100 % masculine. Tous deux ont publié, sur leur page Facebook, leur demande de retrait de la liste des nominations.

 » Il serait temps de récompenser de grands noms féminin. » déclare Pénelope Bagieu, créatrice de la bande dessinée Joséphine, dans une interview accordée à l’Express.

Un collectif de créatrices de bande dessinée contre le sexisme a été créé, FIBD : Femmes Interdites de Bande Dessinée, rassemblant plus 200 femmes qui souhaitent être récompenser pour leur travail. Sur les réseaux sociaux, la mobilisation s’est manifestée par un #WomenDOBD (Les femmes font de la BD).

L’auteure s’exprimera ce soir sur Arte

Laura Anglionin

 

Écrit par Laura Anglionin