Gao Yu : la force de l’insoumission à l’autorité

La journaliste chinoise Gao Yu, condamnée en appel à 5 ans de prison, a été relâchée pour des raisons médicales. Retour sur le parcours de cette femme inconnue.

C’est l’histoire d’une septuagénaire, qui aura lutté sans relâche, toute sa vie, pour déplacer les lignes de la politique chinoise, conservatrice à l’extrême et fermée à toute ouverture démocratique. En 1979, Gao Yu a 35 ans et entame sa carrière en tant que reporter pour la presse nationale. Elle devient rapidement rédactrice en chef adjointe de Economics Weekly. Mais c’est en 1989 que sa carrière prend un tournant.

12299520_959371287457882_1193014415_o

Considérée comme une agitatrice d’opinion politique, elle est incarcérée après le massacre de la place de Tian’anmen, puis libérée au bout de 14 mois. Bis repetita en 1993, la journaliste est condamnée à 6 ans d’enfermement (au cours desquels elle gagne le premier lauréat du prix mondial de liberté de presse par l’Unesco) pour « publication de secrets d’Etat« .

Aujourd’hui, Gao Yu est chez elle pour soigner ses insuffisances cardiaques. Elle reste condamnée à 5 ans de prison pour divulgation de secrets de politique chinoise, excluant tout régime démocratique constitutionnel à l’occidental. En 2015, en ce qui concerne l’indépendance médiatique, la Chine demeure le 176e pays… sur 180 !

Tanguy Vercelot

Écrit par Tanguy Vercelot