Football : les supporters protestent contre le fichage

L’Association Nationale des Supporters (ANS) a appelé en début de semaine à « participer à une action forte au niveau national ». En cause, la proposition de loi « renforçant la lutte contre le hooliganisme »  du sénateur Les Républicains Guillaume Larivé.

Les supporters sont en colère et plus unis que jamais. Depuis des années, les associations de supporters des clubs professionnels se sentent victime d’une injustice. Cette saison, le nombre d’interdiction de déplacements a explosé : 180 à la trêve selon le Monde, contre trois seulement lors de la saison 2011-2012. Cette loi, si elle est votée, vise surtout à contourner l’illégalité du fichage des supporters et des interdictions administratives de stade automatiques.

A lire aussi : Et maintenant, une loi pour criminaliser les supporters

Les indésirables du PSG ne sont pas seuls

Banderole des supporters de Saint-Étienne en soutien aux Ultras parisiens (source : France Bleu)

Banderole des supporters de Saint-Étienne en soutien aux Ultras parisiens (source : France Bleu)

Mais l’exemple le plus probant reste le Plan Leproux. Cela fait maintenant cinq ans que les supporters parisiens ont déserté le Parc des Princes. Depuis, les chants de contestation, banderoles, « tifos », fumigènes sont interdits.

Des libertés individuelles qui dépassent pourtant le cadre du football. Dimanche dernier, les supporters stéphanois ont donc décidé d’afficher leur soutien aux parisiens, lors de la rencontre ASSE-PSG : « 2 minutes du silence comme au Parc des Princes, 2 minutes pour montrer aux Qataris ce qu’ils ont fait à Paris, liberté pour les Ultras. », pouvait-on lire en tribune. Le PSG a  contre-attaqué en de saisissant la commission de discipline de la Ligue de Football Professionnel.

ANS : « Le match ne fait que commencer »

Les supporters du PSG ont toujours tenté de dialoguer avec les dirigeants du PSG, en vain. À l’échelle nationale, ce sont les pouvoirs publics qui refusent cette idée avec les groupe de supporters. C’est donc dans les stades et dans les rues qu’ils continueront à défendre leurs droits.

Écrit par Sylvain Labourdette