Fin de vie : quoi de neuf pour les patients ?

La loi sur la fin de vie a finalement été adoptée hier par l’Assemblée avec 436 voix contre 34. Mais qu’apporte-t-elle de nouveaux aux patients ?

 

Dormir avant de mourir pour ne pas souffrir. C’est ce que la loi sur la fin de vie va permettre aux patients en phase terminale. Mais pas sans conditions.

A lire également : La loi sur la fin de vie adoptée à l’Assemblée

Qui peut en bénéficier ?

La loi concerne les patients dont le pronostic vital est engagé à court terme, c’est-à-dire qui sont en fin de vie. De plus, cela concernerait ceux ne pouvant plus être soulagés par voie médicamenteuse. Les patients atteints d’une maladie grave et incurable pourront également y avoir droit. Mais attention, la décision finale reviendrait à l’équipe médicale, qui se réunirait pour trancher.

Renforcement de la personne de confiance

Le patient malade pourra, à l’écrit, désigner une personne qui fera le choix de la sédation. Cette personne choisie aura le dernier mot.

A lire également : Fin de vie, tout ce qui change pour les patients

Officialisation des testaments de fin de vie

Ils permettent à toute personne majeure et capable d’exprimer, par écrit, ses souhaits sur sa fin de vie. Déjà présent dans la loi Leonetti de 2005, ils seront désormais sans limite de validité, révocables à tout moment, et s’imposeront aux médecins. Cela permettra de les rendre plus officiels. Ils seront notamment conservés sur un registre national faisant l’objet d’un traitement automatisé

Afin de rendre ces mesures définitives, le texte doit d’abord passer devant le Sénat.

 

Julie Breon

Écrit par julea