Figure de la répression palestinienne, la jeune Ahed Tamimi arrêtée

Ahed Tamimi, arrêtée par l’armée israélienne le 19 décembre 2017 Crédit : Alberto Hugo Rojas

Devenue célèbre pour ne pas dire icône après la publication d’une vidéo dans laquelle elle frappait des soldats israéliens, une jeune cisjordanienne a été arrêtée mardi.

En l’espace de quelques heures, Ahed Tamimi est devenue une véritable célébrité, voire une figure de la répression palestinienne. Connue pour sa vidéo de contestation envers des membres de l’armée israélienne vendredi, l’adolescente a été arrêtée mardi matin à son domicile, dans le village de Nabi Saleh en Cisjordanie occupée.

Sa cousine Nour Naji, ainsi que sa mère Nariman, présentes au moment des faits, ont également reçu des mandats d’arrêts mercredi. Selon le ministre de l’Education cisjordanienne, Naftal Bennett, Ahed Tamimi est passible d’une peine de sept ans de prison. Une vidéo qui pourrait donc coûter cher à la devenue célèbre «activiste», mais qui a fait d’elle une icône.

Dans cette vidéo tournée avec un téléphone portable, la jeune palestinienne et sa cousine surprennent deux soldats d’Israël devant leur domicile, les bousculant et les armant de coups. Une attaque à laquelle les militaires n’ont pas répondu sur le coup, laissant la provocation prendre le dessus.

Elle n’en est pas à son coup d’essai

Un acte que certains décriront comme héroïques mais pas le premier pour Ahed Tamimi, qui en 2012 s’était déjà filmée menaçant un officier du Tsahal ou en 2015, lorsqu’elle avait mordu un soldat qui avait attrapé son frère, comme le rapporte L’Obs. Une « martyre » qui risque gros.

 

Alexis Goudlijian

Edité par Mehdi Bautier

Illustré par Léa Bitton

Écrit par IEJ3B