Femmes sans-abris : le Samu tire la sonnette d’alarme

En plein lancement de la campagne d’hiver, le Samu social alerte sur les conditions des femmes sans-abris.

22% : c’est le pourcentage des femmes sans domicile fixe. Elles sont de plus en plus, isolées, sans-abris et doivent chaque jour se confronter à la rue. Face à leurs conditions, le Samu social place sa campagne d’hiver sous le signe féminin. Un choix justifié auprès de l’AFP par Eric Pliez, directeur de l’organisme «  Le nombre de femmes isolées sans-abri augmente et les dispositifs d’accueil sont souvent moins adaptés parce qu’ils sont traditionnellement prévus pour des hommes, d’où un manque chronique de places pour des femmes qu’on laisse à la rue »

Laissées à la rue, c’est le terme… Après avoir été abandonnées ou licenciées, elles sont livrées à elles-mêmes, plus vulnérables que les hommes, trouver un abri pour la nuit n’est pas une mission facile. Aurélie, SDF qui se confie au Parisien explique « J’ai commencé à boire, à traîner dans les bars, les restaurants… Mon but, c’était de passer la nuit avec un homme rien que pour pouvoir dormir » Serait-ce plus simple que le 115 ? En 2016, ce sont 5 391 femmes seules qui ont appelé le numéro du Samu social mais faute de places dédiées aux femmes dans les centres, elles sont entre 60 et 100, chaque jour, à jongler de bus de nuit en hall de gare, d’abris de fortune en salles d’attentes des hôpitaux pour trouver un peu de chaleur. La demande s’est vu augmentée de 66% en 10 ans et le taux de réponses positives atteindre les 22% contre 72% en 2006.

Sensibiliser pour faire bouger les choses est alors une priorité pour le Samu social qui demande la création de 100 places d’urgences pour les femmes et de 250 places d’insertions dédiées. En attendant ce soir, trois quarts d’entre elles resteront sans solution d’hébergement…

Cyrine BEN ROMDHANE

Écrit par IEJ3B

Laisser un commentaire