Evasion fiscale: la face cachée de l’iceberg

Il y a un an, le 5 novembre 2014 le consortium de l’ICIJ* composé de 80 journalistes de 26 pays  faisait éclater l’affaire Luxleaks.  Des révélations portant sur les arrangements entre le Luxembourg et 340 multinationales  sur des accords fiscaux.

Un système bien huilé afin de graisser la patte des multinationales par une  baisse de taxe  .Les firmes ont profité de la baisse des charges fiscales grâce au cabinet d’audit et de conseil PricewaterhouseCoopers et  la complicité des autorités fiscales Luxembourgeoise.Une stratégie pour les attirer est construire sous un soupçon légale d’à peine quelque pour-cent dérisoire un paradis fiscale.  A ce jour rien n’a changé et seule la face émergée de l’iceberg et subtilement contournée par des micro changements sans être vraiment supprimé . Des actions sont menés mais  on assiste à des effets de com’ afin  de noyer le poisson. Pour exemple  le micro-redressement demandé au Luxembourg et au Pays -bas par la commission envers Fiat et Starbucks concernant les 30 millions d’euros de réduction d’impôts dont ils ont bénéficier. Face au déficit des autorités publics l’économiste Thomas Piketty et l’ancien président du Conseil italien et de la commission européene Romano Prodi se font porte voix* de la proposition « reporting pays par pays » afin d’améliorer la transparence et la coopération transfrontière. Un appel à des réformes d’envergures pour combattre la fraude fiscale et permettre un retour de la croissance  au sein de l’Union Européenne .

*Le consortium international des journalistes d’investigation (Washington DC) soutient le journalisme d’enquête dans le monde en regroupant des journalistes de langue et de médias divers.

*Tribune à retrouver dans le libération de ce mardi 3 Novembre 2015.

 

Jade Rabilloud

 

 

Écrit par jade.rabilloud