Eugénie, la jeune pousse de l’électro-pop

Elle a rempli sa première salle parisienne le 8 décembre dernier et ne compte pas s’arrêter là. Du haut de ses 22 ans, Eugénie est déjà qualifiée de révélation électro-pop de l’année.

 

Ne vous fiez pas à son visage doux et angélique. La brune aux yeux bleus est une véritable vague de fraîcheur de l’électro-pop : son timbre puissant, unique et sa voix légèrement cassée habillent parfaitement ses textes poétiques. Avec ses paroles dans la langue de Molière, ce qui se fait de plus en plus rare de nos jours sur la scène électro française, Eugénie cumule le million de vues sur YouTube. Son morceau « Puis danse » a été écouté plus de 2 millions de fois sur Spotify. « Je suis contente de tous ses retours positifs. Je pense que les gens ont été surpris de me voir avec une chanson aussi personnelle, et au fur et à mesure ils ont adhéré ».

 

 

À 22 ans, Eugénie écrit et compose elle-même les morceaux de son album grâce à son Pad et à ses acolytes, Yacov et Meïr Salah, deux frères représentant le label Meya Music et ayant collaboré notamment avec Marina Kaye. Timide et réservée, elle écrit des musiques qui lui ressemble comme son premier single « Puis danse » : « Quand j’étais jeune c’est vrai qu’on me coupait souvent la parole, et j’avais vraiment du mal à m’exprimer. Avec les garçons, en studio, on a pris ma voix et on l’a découpée : ce qui fait les « coupures » du refrain. Tout de suite je me suis dis que cela représentait vraiment les moments où l’on me coupait la parole ». Mais c’est avec Chad Boccara, son manager et co-auteur, qu’elle écrit les paroles de ses chansons. Le point d’honneur est la langue française : « Je ne sais pas si cela touche plus de personnes en France, mais pour un artiste cela permet réellement d’être sincère. On ne peut pas se cacher derrières des mots, dans sa langue natale, et les émotions sont décuplées ».

 

2017 a été son année : la jeune femme a multiplié les apparitions et a lancé sa tournée en fin d’année. Eugénie a rempli sa première salle parisienne, au Café de la Danse, le 8 décembre dernier et a été la première partie de Brocken Back. Souvent comparé à Christine and the Queens, Kygo, Tal ou encore Major Lazer, Eugenie souhaite laisser sa propre patte « J’ai des influences d’un peu partout, surtout dans l’electro pop, mais quand j’écris, je ne pense pas à toutes ses comparaisons. J’écris vraiment ce qui me définit le mieux ».

 

 

 

Attirée par la musique dès son plus jeune âge, avec une maman dans le domaine artistique, Eugénie a composé ses premières musiques à 13 ans, grâce à son téléphone et l’application Garage Band. Et puis en 2013 il y a eu Popstar, le télé-crochet de M6 : « C’est un tremplin médiatique et c’est un accélérateur de vie : tu grandie très vite dans ce genre de contexte. D’un coup tu prends conscience que tu as une image, et que tu dois te définir un style musical ». Mais ce qui va réellement la faire découvrir au grand public, c’est les réseaux sociaux.

 

2 ans plus tard, elle ouvre sa page Facebook et y publie ses covers, c’est-à-dire ses reprises de chansons : « Ça a pris assez rapidement, et plus ça allait, plus les vues montaient et les gens s’abonnaient. Donc je me suis dit ʺgénial les gens me suivent là-dedansʺ. Cela m’a vraiment permis de créer du contact avec un public avant même de montrer ce que je faisais moi-même ». Grâce à ses covers audacieux, comme la reprise d’All I Want for Christmas, Eugénie se fait repérer par plusieurs labels et choisi de travailler pour Universal.

En Juin 2016, la jeune chanteuse signe chez Panthéon, le nouveau label de Mercury (Universal) spécialisé dans les jeunes pousses de la scène électro française (Møme, Joris Delacroix, Fakear). Avec son pad, elle continue la publication en ligne de reprises acoustiques. La dernière en date, vue plus de 150.000 fois, est un mash-up de Feels de Calvin Harris et Polo & Pan, un cover judicieusement audacieux et étonnant.

 

Après la publication de son deuxième single « Vents contraires », et l’attente de la sortie de son album pour la fin de l’année, Eugénie s’impose petit à petit sur la scène électro-pop française.

 

Elisa Prejeant et Juliette Prigent

Écrit par IEJ3B

Laisser un commentaire