Etat d’urgence à Calais : vers une sortie ?

Bernard Cazeneuve et le nouveau Garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, reçoivent aujourd’hui les principaux élus de la région Nord Pas-de-Calais. Ces derniers appellent le gouvernement à prendre des mesures fermes pour « sauver » Calais, désormais considéré comme le plus grand bidonville de France. 

Difficile d’être commerçant à Calais. La crise migratoire a, semble-t-il, vidée restaurants et boutiques. Ils étaient 2000 a défiler, dimanche, pour les marchands de la ville. En marge de cette manifestation, dans le bidonville, un CRS est blessé par un jet de projectiles. Aux abords, des jeunes en bombers et au crâne rasé montent la garde. Plus loin, un rassemblement de « no border », activiste prônant la libre circulation totale des personnes et l’abolition des frontières, s’est réuni.

La sous préfecture du Pas-de-Calais semble désormais le théâtre d’enjeu politique majeur: Natacha Bouchart, maire LR de la ville, Xavier Bertrand, président du conseil régional Nord-Pas-De-Calais et Yann Capet, député PS du Pas-de-Calais se veulent alarmant. S’exprimant pour « lemonde.fr » , la maire de Calais arguait:

« Il faut que l’armée intervienne (…) Même si je reconnais qu’il y a quelques excès. Les Calaisiens aussi ont le droit de s’exprimer. Cela dure depuis assez longtemps pour que leur ressentiment soit légitime »

 

https://twitter.com/brijou57/status/693371964929523712

 

L’entretien avec Bernard Cazeneuve s’est décidé au lendemain de la manifestation pro-migrants du 23 janvier. Une statue du général de Gaulle avait été vandalisée et une cinquantaine de migrants ont tenté d’embarquer de force sur un ferry.

Si, pour beaucoup le gouvernement fait preuve de laxisme sur la question calaisienne, des mesures ont déjà été prises. La sécurité a été renforcée et 28 filières de « passeurs » ont été démantelées en 2015. Sur le plan humanitaire, des hébergements sont ouverts: ils peuvent recueillir 1500 personnes, 680 places sont actuellement occupées. Les migrants sont également incités a demander l’asile.

 

 

Rappelons qu’environ 4000 migrants vivent dans la tristement surnommé « jungle » de Calais.

 

Guillaume Laguinier

Écrit par noyaudur