Environnement : compte à rebours avant l’accession de Trump au pouvoir

Mardi 13 décembre, le gouverneur de la Californie Jerry Brown a demandé à Barack Obama d’interdire le forage d’hydrocarbures au large des côtes de son Etat. Une mesure destinée à protéger les océans et lutter contre le réchauffement climatique avant l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche.

A Goleta, en Californie, le 20 mai 2015. Crédit Photo : Lucy Nicholson / Reuters

Dans une lettre adressée directement à l’actuel président des Etats-Unis Barack Obama, Jerry Brown interpelle le gouvernement en lui demandant « d’user de son autorité (…) pour retirer de façon permanente les eaux fédérales de la côte californienne » de tous les territoires qui feront l’objet de futures autorisations de forage de pétrole et de gaz.

Ardent défenseur de l’environnement, le gouverneur de Californie a également indiqué mardi la signature d’un accord avec la secrétaire à l’intérieur pour accroître la production d’énergies renouvelables. Jerry Brown s’est également joint à ses homologues Kate Brown et Jay Inslee, gouverneurs de l’Oregon et de l’Etat de Washington, et à des dirigeants et représentants de pays étrangers dont la France, pour lancer l’Alliance contre l’acidification des océans. Toujours sous sa houlette, la Californie s’était aussi engagée à réduire les émissions de ses centrales énergétiques de 40% sous le niveau de 1990 avant 2030. A la même date, 50% de l’électricité produite dans l’Etat devra provenir d’énergies renouvelables. Une politique pro-climat qui risque d’être mise à mal par l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche…

« Canular »

Barack Obama passera dans un peu plus d’un mois le relais au président élu qui avait qualifié le réchauffement climatique de « canular ». Lors de la COP 21, Jerry Brown dénonçait déjà une Amérique « en guerre sur le plan intérieur entre le secteur pétrolier, les sceptiques qui veulent que l’Amérique ne fasse rien et disent que le changement climatique est une imposture, et ceux (…) qui veulent opérer une transition vers une économie verte. » Donald Trump veut d’ailleurs annuler l’accord de Paris et a promis de lever les barrières à la production énergétique aux Etats-Unis. Il a d’ores et déjà choisi un climatosceptique à l’Agence de l’environnement, Scott Pruitt, connu pour ses liens avec le lobby de l’énergie. L’Amérique est encore loin de passer au vert.

Baptiste Durieux

Écrit par iejpedago