Enchères : le pistolet de Verlaine qui a blessé Rimbaud

C’était le 10 juillet 1873, Verlaine fou d’amour, imbibé d’alcool et dépressif, tire sur Rimbaud pour l’empêcher de quitter Bruxelles. Amour passionnel, relation tumultueuse, tentative d’assassinat. Un nouvel épisode dans une histoire sensationnelle. Estimé entre 50.000 et 60.000 euros, l’arme la plus célèbre de la littérature française est mise en vente ce mercredi chez Christie’s à Paris.

  • « Voilà pour toi, puisque tu pars »

Six mots prononcés par Paul Verlaine avant d’appuyer sur la gâchette. Le 10 juillet 1873, il se rend dans une armurerie de Bruxelles où il séjourne avec Arthur Rimbaud, afin d’acheter un revolver. C’est cette arme qui est mise en vente ce mercredi 30 novembre par Christie’s à Paris.

Lors d’une énième disputes entre les deux amants, l’auteur du Dormeur du Val souhaite quitter son partenaire. Verlaine, lui, songe à se suicider.

« Et là, tout s’enchaîne. Paul ferme à clef la porte qui donne sur le palier, s’assied à califourchon sur une chaise et tire sur Rimbaud » raconte Bernard Bousmanne dans son livre « Verlaine en Belgique » (Ed. Mardaga)

Rimbaud dépose plainte. S’ensuivent alors une enquête et un procès, où le juge fait payer à Verlaine sa sympathie pour les idées politiques libérales et sa relation homosexuelle. Après un examen physique pour juger de sa « pédérastie », l’inculpation de tentative d’assassinat est abandonnée et Paul Verlaine est condamné pour blessures graves ayant entraîné une incapacité de travail malgré le retrait de plainte de Rimbaud. Verlaine est arrêté, condamné à deux ans de prison et une amende.

Les deux amants ne se retrouveront que deux ans après en Allemagne après l’incarcération de Verlaine à Mons.

« Personne n’a été témoin de cette entrevue, on n’en connaît que le résultat. En rentrant, les deux ivrognes en viennent aux mains. »  rapporte Stefan Zweig dans son livre « Paul Verlaine »

L’arme mise en vente ce mercredi est de fabrication industrielle, mais elle est à la base de chefs-d’œuvre : « Cellulairement », « Une saison en enfer ». C’est l’épisode final d’une relation tumultueuse entre deux jeunes amants : Verlaine de 30 ans et un Rimbaud de 20 ans. Les deux poètes mourront sans jamais se revoir. Reste le revolver à six coups pour dernier témoin de cette histoire chaotique.


Rimbaud Verlaine
Rimbaud Verlaine Bande-annonce VO

À lire aussi : Le pistolet de Verlaine, des affaires de Proust, la bibliothèque de Pierre Bergé…Ces derniers mois, la vente de manuscrits et de curiosités littéraires a explosé.

Marie ROUX.

Écrit par Marie Roux