En France, deux enfants sont tués chaque jour par leurs parents

A la fin d’un procès scandale comme celui de la mère de Fiona et de son compagnon, beaucoup de questions restent en suspens. Le 26 novembre, Tony, un enfant de trois ans, est mort à Reims sous les coups du conjoint de sa mère. Comme eux, deux enfants meurent par jour en France, tués par leurs parents. 

L’affaire Fiona a mis en lumière le tabou de l’infanticide. Sept cents enfants meurent chaque année en France, tués par leurs parents. C’est à peu près 2 enfants par jour. Dans les colonnes de L’Express, le psychiatre et expert judiciaire Gérard Lopez affirme que ces évènements dramatiques résultent la plupart du temps de séparations compliquées.

Dans la quasi-totalité des cas, ces pères ou mères auteurs du crime tentent de mettre fin à leurs jours. Ces affaires donnent rarement lieu à une instruction et à un procès, la mort de l’auteur du crime éteignant l’action publique. Quand ce dernier survit, la justice condamne son crime sans indulgence particulière. Dans le cas de l’affaire Fiona, le beau-père a été condamné à 20 ans de réclusion et la mère a 5 ans pour, entre autres, non assistance à personne en danger.

Ces événements fréquents touchent tous les milieux sociaux. « Les infanticides commis par les pères sont souvent des actes ‘’punitifs’’, destinés à faire souffrir la mère, explique le Dr Lopez. A contrario, l’infanticide commis par la mère est souvent sous-tendu par une pathologie psychiatrique. Dans la majorité des cas, la mère est en dépression profonde. »

Écrit par iejpedago