Manifestations étudiants/lycéens, gilets jaunes : ce qu’il s’est passé aujourd’hui.

Merci d’avoir suivi ce live. Retrouvez-nous lundi prochain.

🔴 15h43 : De nouveaux chiffres tombent. 400 lycées sur les 4200 ont été perturbés, dont 84 qui ont été bloqués

🔴 15h38 : La Préfecture de Police de Paris met en place une plateforme de prise en charge des dégâts causés par les manifestations.

🔴 14h50 : Nos reporters se sont déplacés Place de la Bastille, afin de voir comment la manifestation des gilets jaunes est appréhendée. La Banque de France est sécurisée, et d’autres structures comme le BHV Marais, Printemps et Les Galeries Lafayette seront fermés. 89 000 policiers sont prévus sur place.

 

🔴 13h15 : La place de la République se vide. S’il n’y a eu aucune interpellation à Paris, 139 manifestant.e.s ont été interpellé.e.s à Lyon lors d’une manifestation équivalente. Le rectorat annonce qu’une enquête sera ouverte concernant l’interpellation des 151 jeunes à Mantes-La-Jolie, dont la vidéo circule sur les réseaux sociaux depuis ce jeudi 7 décembre.

 

 

🔴 13h : Les évènements prennent fin. La situation se calme et les manifestant.e.s se dispersent. Les CRS quittent les lieux.

 

🔴 12h50 : Les manifestants se mettent genoux à terre et mains derrière la tête, un symbole fort qui fait écho à l’arrestation des 151 lycéens à Mantes La Jolie.

 

🔴 12h40 : La tension monte d’un cran, des poubelles commencent à être brûlées.

 

 

🔴 12h38 : La Sorbonne est fermée pour la journée.

 

🔴 12h15 : Plusieurs lycées du 93 ont été bloqués de 7h à 9h. Le syndicat SE-UNSA appelle au rassemblement aujourd’hui à 14h, au Tribunal de Grande Instance de Bobigny. Les professeurs de lycée et les enseignants de fac sont mobilisés avec les étudiant.e.s pour protester devant le tribunal. Les manifestant.e.s sont remonté.e.s. 

 

 

🔴 12h11 : Les manifestant.e.s se dirigent vers la Place de la République. Une professeure interviewée parle de milliers de manifestant.e.s. 


Les forces de l’ordre sont déjà présentes, et armées de gaz lacrymogènes selon nos reporters

 

 

 

🔴 11h53 : Le cortège continue à manifester avec énergie et scande : « Un pas en avant, deux pas en arrière : c’est la politique du gouvernement ! »

 

 

🔴 11h45 : Le Parti Communiste de France est sur place et apporte son soutien aux lycéen.ne.s

 

🔴 11h36 : Les étudiant.e.s sont arrivé.e.s à Stalingrad. Ils convergent avec les lycéen.ne.s qui protestent contre la réforme du bac et de Parcours Sup

🔴 11h15 : Pendant ce temps, les étudiant.e.s de la Sorbonne sont en très grands nombre dans les transports et approchent du lieu de rendez-vous.

 

🔴 11h12 : Des lycéens sont déjà sur place à Stalingrad

 

🔴 11h07 : Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, annonce que les règles de conduite imposées au CRS (pas de contact avec les manifestants) seront modifiées. Il porte plainte contre Nicolas Dupont-Aignant pour ses propos dans le Quotidien (« les casseurs de Castenère »)

 

 

🔴 10h50 : Les étudiant.e.s de la Sorbonne marchent en direction de Stalingrad. Un cortège s’improvise sur le chemin avec l’UNEF en tête, qui scande des slogans comme « lycéens, chômeurs et salariés, c’est tous ensemble qu’il faut lutter »  ou « grève, bloquage, manif sauvage »

 

 

🔴 10h23 : Les étudiant.e.s ne peuvent pas rentrer dans la cour de la Sorbonne pour l’assemblée générale. Les étudiant.e.s qui étaient déjà sur place, sont bloqué.e.s et ne peuvent pas sortir.

 

 

🔴 10h00 : Malgré le blocus prévu, la fac est fermée. Les étudiantes sur place se dirigent vers la place de la Sorbonne où a lieu l’assemblée générale.

 

 

🔴 9h50 : Lilâ Le Ba, présidente de l’UNEF annonce sur BFMTV qu’une manifestation aura lieu ce jeudi 13 décembre, contre l’augmentation des frais d’inscription à l’université.

 

🔴 9h00 : Le compte officiel des étudiant.e.s mobilisé.e.s de l’université a annoncé, toujours sur Twitter, qu’une assemblée général allait se tenir à 10 heures.

 

« Gilets jaunes, étudiant.e.s, mêmes lacrymos, même combat. » C’est le slogan tagué sur une porte de parking qu’a publié hier le compte officiel Commune libre de Tolbiac (@Tolbiaclibre).

Écrit par Esther Bassingha