En 1924, c’était comment ?

Les Jeux olympiques sont une grande fête. Depuis leur création ils rassemblent les nations et les athlètes malgré tous les problèmes que les pays peuvent avoir entre eux. Si l’esprit tend à rester le même, les moyens eux ont changés. Ils se sont même métamorphosés. Pour se rendre compte des évolutions nous allons comparer les jeux de Paris en 1924 avec ceux de Londres en 2012.

Les Jeux olympiques de Paris en 1924 sont les seconds jeux organisés dans la capitale française après ceux de 1900. C’est le président du comité international olympique de l’époque, Pierre de Coubertin, qui en obtient l’organisation.

Deux grandes évolutions sont apportées par cette nouvelle olympiade : tout d’abord, la cérémonie de clôture prend sa forme presque définitive avec la levée des trois drapeaux comme aujourd’hui (celui du CIO, du pays hôte et du prochain pays hôte), c’est aussi la première apparition d’un village olympique. Idée qui sera reprise et définitivement adopté huit ans plus tard aux jeux de Los Angeles.

Voilà peut-être deux des seuls points communs entre les deux olympiades.

Village olympique paris 1924, des cabanes en bois

Village olympique paris 1924, des cabanes en bois

 

 

 

 

 

 

 

 

Le village olympique à Londres en 2012

Le village olympique à Londres en 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques chiffres :

  • Le nombre d’athlètes inscrits : 3089 (2954 hommes- 135 femmes)  contre 10490 (5892 hommes- 4676 femmes) à Londres.
  • Le nombre de délégations : 44 à Paris, 204 à Londres
  • Le nombre d’épreuves : 126 en 1924 contre 302
  • Medias présents : entre 700 et 1000 à Paris,  21000 accréditation pour ceux de Londres
  • Budget : 30 millions de francs contre 11 milliard d’euros

 

Les stars

En 2012, la star incontestable des Jeux olympiques est Usain Bolt. Le sprinteur jamaïcain détruit la concurrence et les records pendant la quinzaine olympique.  Seul sur le toit du monde et du sport, il est l’homme le plus rapide de tous les temps. Michael Phelps devient lui l’athlète le plus titré de l’histoire des Jeux olympiques. En 1924 la star, c’est le coureur de fond Paavo Nurmi, le finlandais remporte cinq médailles d’or, et rafle tout en demi-fond avec son compatriote, Ville Ritola. Mais l’immense star, même si elle le deviendra un peu plus tard, c’est Johnny Weissmuller. Le nageur remporte la médaille du 100 mètres nage libre, en 59 secondes. Il est le premier homme à nager sous la minute. Quelques années plus tard il interprétera le rôle de Tarzan pour 12 films.

Usain Bolt en action

Usain Bolt en action

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Johnny Weissmuller

Johnny Weissmuller

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis…

William DeHart Hubbard, vous ne le connaissez peut être pas, mais il est le premier athlète noir à remporter une médaille d’or en individuel, en saut en longueur. « Les chariots de feu », film tiré des Jeux olympiques sur deux sportif anglais qui y ont participé. Le films sera oscarisé.

DeHart Hubbard, le premier athlète noir médaillé d'or en individuelle

DeHart Hubbard, le premier athlète noir médaillé d’or en individuel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce qui n’existe plus, ou n’existait pas

En 1924, les Jeux olympiques ne sont pas seulement sportifs, ils sont aussi intellectuels. Des épreuves littéraires se déroulent. Le classement général de ces épreuves sera d’ailleurs remporté par les français. En revanche, à l’époque, il n’y avait pas de test anti dopage, alors que 6250 tests ont été fait pendant les JO de Londres. Autre nouveauté, et pas des moindres, 150 000 préservatifs étaient à la disposition des sportifs.

Stade olympique à Colombes. Et enceinte actuelle du Racing Metro

Stade olympique à Colombes. Et enceinte actuelle du Racing Metro

Le stade olympique de Londres

Le stade olympique de Londres

 

 

 

 

 

 

 

 

Le bilan des français

En 1924, la délégation française termine troisième nation avec un bilan de 40 médailles, 13 en or, 17 en argent, et 10 en bronze. En 2012 la France termine à la 7e place. Avec un bilan de 34 médailles, 11 en or et en argent, et 12 en bronze.

Julien Puchercos

Écrit par jackson