Edouard Philippe : «Nous ne remettons pas en cause l’inconditionnalité de l’accueil»

Edouard Philippe était l’invité de la matinale de RTL ce mercredi 20 décembre (Crédit : capture écran RTL)

Outre le montant déboursé pour le voyage du gouvernement entre la Nouvelle-Calédonie et Paris qui en a fait régir plus d’un, le premier ministre a répondu sur RTL aux questions d’Elizabeth Martichoux sur le projet du gouvernement sur le recensement des migrants dans les centres d’hébergement d’Urgence. 

La politique d’immigration annoncée par le Ministre de l’intérieur Gérard Collomb prévu pour 2018 a suscité de vives réactions. En effet, de nombreuses associations ainsi que SOS Racisme se sont insurgées face à cette volonté de recenser les personnes hébergées dans les centres d’accueil.

Le premier Ministre va donc prendre une disposition qui autorise par une circulaire du 12 décembre des fonctionnaires de la préfecture à aller vérifier la situation administratives des personnes dans ces centres d’accueil : «Il ne s’agit pas de revenir sur l’inconditionnalité de l’accueil. Notre objectif ce n’est pas d’aller faire le tri mais de faire en sorte que des fonctionnaire qui ne seront pas des forces de l’ordre puisse se porter sur place et identifier ce qui peuvent bénéficier de droit,ce qui peuvent bénéficier de procédures pour faire en sorte qu’elles soient plus efficaces».

Le but est donc d’instruire plus vite le cas des personnes qui seront potentiellement autorisées à séjourner en France. Mais ce qui inquiéte en réalité c’est la «désacralisation» de ces centres pour reprendre les mots de la journaliste. A cela Edouard Philippe affirme son respect pour le droit d’asile et ne faiblit pas sur son  objectif : «Il faut améliorer considérablement la façon dont la France accueille ces demandeurs d’asile, c’est ça l’objectif de cette mesure et je n’en démordrai pas».

Anastasia Wolfstirn

Edité par Marie Bloeme

Illustré par Elisa Prejeant

 

Écrit par IEJ3B