Du PAF à YouTube : Janane Boudili, incarnation de la femme moderne

CEUX QUI VONT MARQUER 2018. D’une cité de Trappes à Paris, des spectacles d’impro à la télévision puis au digital, Janane Boudili s’impose comme une figure incontournable.

Janane Boudili ne dort que 4 heures par nuit. Elle a vite compris que le travail acharné est la clef de la réussite quand on ne vient pas « du milieu, mais de Trappes. »

Et il faut dire qu’à 32 ans, elle a déjà bien réussi. Nouvelle figure du numérique, elle comptabilise plus de 52 milles abonnés sur Instagram et dirige Soeurette Productions, spécialisée dans les émissions digitales. Janane Boudili présente d’ailleurs une web-série hebdomadaire, BeautyTUBE, qui suit l’actualité de jeunes YouTubeurs : « Ces jeunes adultes sont l’avenir. Les jeunes ont déserté la télévision et sont sur YouTube maintenant.« 

C’est aussi sur la plateforme de vidéos qu’elle a créé et développé son propre concept : « Mon émission s’appelle En VRAC, car il y a un cadre dans ma vie mais je suis quelqu’un de très spontanée. C’est ma cour de récréation !« 

Des envies qui fleurissent à n’importe quel moment.  » Parfois nous dînons tranquillement, puis Janane a une idée : d’un coup elle va nous parler d’un projet« , raconte Issa Doumbia, comédien et proche de la chroniqueuse.

Cette implication et sa vision à 360 degrés ont fait d’elle, une business woman influente dans la sphère digitale. « Instagram, c’est mon outil de boulot, ma source d’inspiration. » Janane Boudili y a pris de nombreuses positions, dernièrement sur la pilule« J’ai décidé d’arrêter la pilule à la naissance de ma deuxième fille. J’ai une communauté qui me suis depuis bientôt dix ans, se sont des copines avec qui j’ai envie de partager mon expérience. J’ai eu 2.500 messages via Instagram à ce sujet. Mais en aucun cas je veux influencer les gens, car ‘la meilleure chose que je sais, c’est que je ne sais rien’. Oscar Wilde« , ironise la pétillante jeune femme.

Ancienne championne d’impro

Outre le numérique, l’heureuse maman de deux filles, nées en mai 2013 et mars 2015, est bien connue des téléspectateurs de France 2. Elle est à présent, la chroniqueuse mode de l’émission Je t’aime etc. aux cotés de Daphné Burki et d’une joyeuse bande de chroniqueurs. Janane Boudili répond ainsi tous les après-midi aux questions des téléspectateurs et leurs apportent des solutions pratiques à leurs soucis.

L’occasion pour elle de mettre en scène ses qualités d’impro. Son amour pour le théâtre, cette fille d’immigrés marocains l’a développé avec Déclic Théâtre, en 1999, année où la jolie brune a même décroché le titre de Championne de France d’improvisation. Un prix qu’elle obtient avec ses amis d’enfance, Issa Doumbia et Alban Ivanov, comédiens et humoristes.

Le tout sous la direction de celui qui « l’a sortie de la merde« , Alain Degois alias « Papy« , qui a également formé Jamel Debouze. « Trappes est devenue une sorte de laboratoire artistique. Ça a permis l’éclosion de plusieurs talents comme Janane« confirme Alain Degois.

De cette époque, Janane Boudili a gardé un rôle de louve protectrice de ses amis« Je pense que c’est l’éducation de sa maman qui a déteint. Quand nous étions petits sa mère nous disait ‘manges, prends soin de toi, reposes-toi !’ Janane nous donne les mêmes conseils« , se remémore Issa Doumbia.

@albanivanov @issadoumbia @papydetrappes #trappes #famille #amour #verité

A post shared by Janane Boudili 🎈 (@jananeboudili) on

« Il faut oser ! »

Son amour pour la mode est lui né au Canada, en 2004, lorsqu’elle commence à étudier à l’Ecole supérieure de mode de Montréal. Diplôme en poche, Janane Boudili revient à Paris, en tant qu’agent commerciale pour vendre des photocopieurs.

Mais l’amour des planches se fait plus fort. Ses amis d’enfance l’encourage, elle plaque tout, enchaîne les casting, et entame alors une traversée du désert. « Je gagnais bien ma vie à vendre des photocopieurs et j’ai démissionné pour manger des pâtes.« 

Du moins jusqu’à ce que sa bande de Trappes forme le collectif Cabaret urbain avec, entre notamment Grand Corps Malade. Une bande que Janane Boudili n’a jamais lâché : « Avec mes deux complices de toujours , Alban et Issa, nous sommes toujours très amis, ça fait exactement 22 ans.« 

Janane Boudili multiplie les apparitions dans les courts-métrages et les mini-séries. Son parcours atypique séduit Stéphane Bern, qui lui propose en 2009 un poste de chroniqueuse mode dans son émission quotidienne Comment ça va bien ! sur France 2.

Parmi les 250 candidates, on lui dit qu’elle dégage une image trop lisse, qu’elle n’a pas assez de défauts. « Pour le casting, j’avais fait un brushing à mes cheveux, j’étais bien maquillée« , raconte Janane Boudili. Déterminée, elle décide de revenir le jour suivant, mais cette fois au naturel : « Je suis retournée là-bas en jogging, cheveux bouclés, lunettes. Et la casteuse me dit ‘mais c’est pour quoi ?’. Je lui dis ‘c’est moi !’, et elle m’a prise. Je m’en souviendrai toute ma vie !« 

C’est ainsi qu’elle décroche sa place de chroniqueuse. Janane Boudili le dit elle-même : « Il faut oser ! Huit ans de quotidienne avec Stéphane Bern, ça a été une formation incroyable. « 

Merci de prendre soin de moi @stephane.bern #pedicure #ccvb

A post shared by Janane Boudili 🎈 (@jananeboudili) on

La « chef de meute »

Cette maman de 32 ans est pleine de pep’s et déborde d’énergie. Son secret : sa détermination. « Janane est un belle exemple de femme moderne : c’est une maman qui s’assume. Si elle côtoie aussi bien le monde de la télé, que de YouTube, c’est par sa persévérance« , déclare Issa Doumbia.

« La chef de meute« , comme la surnomme ses amis d’enfance, a de nombreux projets pour l’année à venir : elle compte reprendre sa chaine En Vrac. « C’est la première émission d‘accueil sur YouTube.«  Janane Boudili y accueillera prochainement des acteurs, des humoristes, etc.

Elle dit avoir aussi envie de remonter sur scène. « Je vais être dans ‘Taxi’ , réalisé par Franck Gastambide. Avec mon agent nous sommes en train de bouger les choses, je ne peux pas en dire plus…«  Janane Boudili conclue : « Mais, m’occuper au mieux de mes enfants, c’est ça mon projet le plus important. »

Manon Varaldo

Janane Boudili, tac au tac :

Un lieu de prédilection ? « La chambre de mes filles. »

Un mantra ? « Partager. J’ai baigné dans le travailler avec l’autre, le partage c’est très important. Tant dans ma démarche professionnelle que mon parcours de vie. »

Une émission préférée ? « Comment ça va bien ou les documentaires sur Arte. »

Une tendance préférée ? « Le sweat XXL. »

Plutôt mode ou beauté ? « Mode, mais il faut être belle pour être bien habillée. »

Son fashion faux-pas : «  S’il y avait un ministre de la Mode, je ferai des lois et je ne serai pas indulgente sur les sabots ! »

Une anecdote ? « Mes filles montent sur scène instinctivement, les femmes ne font pas des chats. »

La chose qui révolte le plus ? « L’injustice. Je suis issue de banlieue, je suis ce qu’on appelle une minorité visible. Il y a encore cette injustice en France à la télévision notamment. »

Écrit par Manon Varaldo

Laisser un commentaire