Loi sur le renseignement : vers une surveillance de masse ?

La loi sur le renseignement apparaît sur certains points comme liberticide. (Crédits : John Phillips / Flickr)

Boites noires, logiciels espion, surveillance des proches… Le services de renseignement vont bientôt être dotés d’outils de pointe pour préserver la sécurité du territoire mais aussi surveiller la population. Présenté par Manuel Valls, le projet de loi sur le renseignement est examiné à partir de ce lundi 13 avril à l’Assemblée nationale.

Une loi anti-terroriste de plus – la seizième depuis 1986 – qui tombe à point nommé, après les attentats meurtriers de janvier à Paris. L’exécutif se défend d’avoir élaboré un texte dans la précipitation : le texte serait en réflexion depuis le début de l’année 2013. Sauf que le gouvernement a opté pour une procédure d’urgence pour faire passer en force une loi des plus complexe et technique, qui ne concerne pas seulement le terrorisme et tend vers la surveillance de masse.

« La surveillance de masse crée une prison dans l’esprit qui est bien plus subtile, mais bien plus efficace pour favoriser la conformité aux normes sociales, bien plus effective que la force physique ne pourra jamais l’être », a fait valoir Glenn Greenwald, le journaliste du Guardian à l’origine de la publication des révélations d’Edward Snowden sur la NSA.

 

Maya Amrouche, Maxime Brigand, Florian Lefèvre, Sebastien Martins et Valentin Paris 

Écrit par floseb