Dopage : Vers une exclusion de la Russie

L’agence mondiale antidopage (AMA) souhaite impérativement la suspension de la Russie en Athlétisme suite à des sommes d’argents reçu pour préserver la pratique des couvertures dopantes.

Mariya Savinova (à gauche) et Ekaterina Poistogov risque une suspension à vie. Copyright : Wikipédia

Mariya Savinova (à gauche) et Ekaterina Poistogova (à droite) risque une suspension à vie.
Copyright : Wikipédia

L’athlétisme dans la tourmente. Dans son rapport mettant en cause des membres de la Fédération Internationale d’Athlétisme (IAAF), L’AMA veut mettre la Russie de côté. Elle demande la suspension de cette nation dans toutes les compétitions concernant l’athlétisme en incluant les Jeux Olympiques 2016 à Rio. L’instance en exige davantage. Elle concerne la suspension à vie de cinq athlètes russes dont la championne olympique de 800m Mariya Savinova. Les quatres autres pointés du doigts sont : Ekaterina Poistogova, la médaillée de bronze de ce même 800 m olympique, Anastasiya Bazdyreva, Tatjana Myazina (également coureuses de 800 m) et Kristina Ugarova (1.500 m).

L’AMA fait fort, est-ce la solution ? Lors des J.O de Londres, la Russie finit avec un total de 18 médailles (2ème derrière les Etats-Unis). L’instance précise que la nation a « saboté » cet événement majeur causé par un « dopage organisé ». L’agence va même plus loin dans ces propos : elle évoque une forte complicité de la part du gouvernement.

A lire aussi : Athlétisme : la colère après le « sabotage » des JO de Londres

Du côté russe, la ministre des Sports Vitali Moutko dément formellement avoir participé à ce complot. Cette dernière ajoute même que l’agence mondiale antidopage n’a pas à effectuer toutes ces demandes concernant la suspension de ces athlètes ainsi que de son pays.

La Fédération Internationale d’Athlétisme (IAAF) décide de suivre les revendications de cette instance. Elle compte mettre en place la procédure d’application sur les lourdes sanctions souhaitées par l’AMA. La participation des athlètes russes aux Jeux olympiques de Rio en 2016 semble compromise.

Mathias Galliez

Écrit par mathias.galliez