Djihadisme: l’application Telegram au coeur d’une nouvelle affaire

Voiture de la police nationale / David Monniaux

Deux hommes suspectés de faire de la propagande pro-Daech sur l’application Telegram ont été arrêtés à Roubaix.

Début décembre, deux hommes de 18 et 31 ans ont été arrêtés par la police près de Roubaix après avoir relayé sur l’application de messages Telegram des propos glorifiant l’Etat Islamique. Ils ont été mis en examen le 8 décembre pour «association de malfaiteurs terroriste» d’après les informations de nos confrères d’Europe 1.

Abdel K et Florentin L diffusaient depuis des mois dans des groupes de conversations d’une cinquantaine de membres des vidéos, des photos et messages à l’honneur de Daech. Leur but était de recruter de nouveaux relais pour le compte de l’organisation terroriste. Pour ces actions, ils risquent jusqu’à 20 ans de prison.

Le parquet de Paris a qualifié leur activité « d’intense ». Cependant, les deux individus ne se sont jamais rendus en Syrie ou en Irak, mais Abdel K a effectué un court séjour en Egypte peu avant l’été.

Ce n’est pas la première fois que l’application est pointée du doigt. L’État Islamique utilise régulièrement ce service en raison des messages qui sont cryptés. Pour exemple, lors des attentats du 13 novembre 2015, le commando terroriste a utilisé l’application pour communiquer et préparer les opérations sanglantes qui ont fait 130 morts et 351 blessés. 

 

Antoine Ayral

Illustré par Maël Chaumier

Edité par Mané Alexanian

Écrit par IEJ3B