Dix candidats déjà en lice pour les primaires à droite

A seulement six mois des élections primaires à droite, dix candidats sont d’ores et déjà dans la course aux signatures de soutiens de parlementaires, d’élus républicains et d’adhérents au parti.  

François Fillon

François Fillon en 2010

François Fillon en 2010 ©Wikimedia Commons

 

 

A la traîne dans les sondages, bien que très motivé, l’ancien premier-ministre de Nicolas Sarkozy de 61 ans reconnaît ne pas avoir tout fait lors de son mandat pour réformer la France.

S’il avait menacé de se présenter hors primaires si le système ne le satisfaisait pas, il accumule désormais les soutiens de plusieurs parlementaires, dont le président du Sénat Bruno Retailleau.

 

 

 

 

 

 

Alain Juppé à Washington en 2011

Alain Juppé à Washington en 2011 ©Wikimedia Commons

Alain Juppé

Favori des sondages, l’ex-premier ministre de Jacques Chirac avait annoncé sa candidature dès 2014.

Son ambition de récupérer une partie des déçus de François Hollande à gauche a séduit Jean-Pierre Raffarin, l’un de ses soutiens les plus importants.

Son statut de doyen des candidats à l’âge de 70 ans n’est en rien un frein à sa course, même si cela peut-être considéré comme une faiblesse pour ses adversaires.

 

 

 

 

Nadine Morano

Affiche de campagne de Nadine Morano

Affiche de campagne de Nadine Morano ©Wikimedia Commons

 

 

A 52 ans, la députée européenne avait annoncé sa candidature en septembre 2015. Si ses propos controversés sur la « race blanche » avaient provoqué son exclusion de la liste LR Grand Est aux élections régionales, elle risque bien de grappiller quelques voix à Nicolas Sarkozy grâce à ses idées de droite.

En plus de ses 2 500 soutiens, elle peux compter sur ceux des sympathisants d’Alain Juppé et de François Fillon.

 

 

 

 

 

Nathalie Kosciusko-Morizet en décembre 2014

Nathalie Kosciusko-Morizet en décembre 2014

Nathalie Kosciusko-Morizet

C’est à l’occasion de la journée de la femme, le 8 mars, que l’ancienne candidate à la mairie de Paris devrait annoncer officiellement sa candidature aux primaires.

Dans une posture délicate après son éviction de la liste LR par Nicolas Sarkozy, elle risque d’avoir du mal à réunir les soutiens parlementaires, même si elle peux compter sur les 3 000 adhérents de son club La France droite.

 

 

 

Hassen Hammou

Hassen Hammou, le plus jeune des candidats à cette primaire à seulement 27 ans.

Hassen Hammou, le plus jeune des candidats à cette primaire à seulement 27 ans. ©Twitter

 

 

 

Jeune militant issu des quartiers nord de Marseille, à la tête d’une entreprise de nettoyage, il incarne la jeunesse et veut « représenter une candidature qui vient du bas ».

Il rejoint les Républicains en 2014, après avoir interrogé François Hollande sur TF1 lors de l’émission « En direct avec les Français ».

 

 

 

 

Jean-François Coppé en 2008 ©Wikimedia Commons

Jean-François Coppé en 2008 ©Wikimedia Commons

 

 

Jean-François Copé

De retour après l’affaire Bygmalion, l’ex-président de l’UMP a annoncé sa candidature en février 2016 au JT de 20h de France 2. Il n’a jamais caché ses ambitions présidentielles pour 2017 et affirme que sa candidature n’est pas une revanche. Copé prône « une France décomplexée » et promet de ne pas faire de langue de bois et de prendre un certain nombre de décisions. Il évoque également « une obligation de résultat sur le chômage, l’immigration et les déficits ».

 

 

 

Hervé Mariton

Hervé Mariton en 2009 ©Wikimedia Commons

Hervé Mariton en 2009 ©Wikimedia Commons

 

 

Il est candidat depuis septembre 2015 et avait déjà concouru à la présidence de l’UMP. Il n’avait  alors recueilli seulement que 7% des suffrages. Il est l’un des plus vifs opposants au mariage homosexuel. La compétition ne lui fait pas peur. Il pense pouvoir tirer sa force de n’avoir pas participé au gouvernement en 2007 et 2012 et estime être le seul candidat libéral crédible.

 

 

 

 

 

 

Frédéric Lefebvre en 2011 ©Wikimedia Commons

Frédéric Lefebvre en 2011 ©Wikimedia Commons

 

Frédéric Lefebvre 

Le député Les Républicains (LR) des Français de l’étranger a annoncé sa candidature le 21 janvier dernier, en adressant un courrier à tous les maires de France. Il estime ne pas être un candidat de plus, mais celui qui porte un projet différent. Il plaide pour l’instauration d’une allocation universelle.

Il a longtemps été considéré comme le sniper de Nicolas Sarkozy, notamment lorsqu’il était le porte parole de l’UMP.

 

 

 

Bruno Le Maire 

Bruno Le Maire en 2010 ©Wikimedia Commons

Bruno Le Maire en 2010 ©Wikimedia Commons

 

 

Après avoir planifié depuis longtemps son entrée en course pour la présidentielle, il annonce officiellement sa candidature le 23 février dernier à Vesoul. Agé de 46 ans, le député de l’Eure joue la carte du renouveau. A l’automne 2014, il avait convaincu 29,18% des adhérents lors de la présidence à l’UMP.

 

 

 

 

 

 

Jean-Frédéric Poisson en 2014 ©Wikimedia Commons

Jean-Frédéric Poisson en 2014 ©Wikimedia Commons

 

Jean-Frédéric Poisson

Il s’est déclaré candidat en septembre 2015. Le député des Yvelines est certainement le moins connu de tous les postulants. Il défend les idées de justice sociale, de culture chrétienne et de racines de la France. Le député des Yvelines est également membre de LR et a succédé à Christine Boutin à la tête du Parti Chrétien-Démocrate.

 

 

 

 

Marie Astrid Genet 

Marie Lizak

Écrit par Marie Lizak