Derrière Forbidden Stories, Laurent Richard en protecteur des journalistes

Le site Forbidden Stories vient d’être lancé afin de permettre aux journalistes en danger (censure, emprisonnement, assassinat) de crypter leurs informations, pour que leurs enquêtes puissent être reprises par d’autres et publiées. Derrière l’initiative, on retrouve Laurent Richard.

Laurent Richard brandit le drapeau, celui de la liberté d’expression. Porté par son métier, il défend les droits de sa profession : le journalisme d’investigation.

En 2003, il commence à travailler pour le magazine Pièces à conviction. Huit ans plus tard, il fera la rencontre d’Elise Lucet au sein de Premières Lignes. Cash Investigation, actuellement diffusé sur France 2, naît de cet échange.

Laurent Richard en était le rédacteur en chef pendant un an. Il continu de réaliser des enquêtes pour le magazine mais laisse la barre à sa co-fondatrice.

Primé pour de nombreuses enquêtes, il a supervisé l’enquête réalisée par Edouard Perrin sur l’évasion fiscale de multinationales au Luxembourg. Cette enquête révèle des documents importants, donnant lieu au scandale  « LuxLeaks« .

Laurent Richard a réalisé plus de 20 documentaires, s’est rendu en Irak, en Palestine et au Cachemire pour des enquêtes. Et durant toutes ces années, il n’a cessé de défendre la liberté de la presse. En 2016, Laurent Richard co-écrit le livre « Informer n’est pas un délit. Ensemble contre les nouvelles censures« , où il dénonce les pressions contre la presse.

Je crois que quand un journaliste est prêt à risquer sa vie pour une histoire et la défense de la liberté de l’information, d’autres journalistes qui partagent les mêmes idéaux doivent collaborer

La conviction « Stories stay alive » a donnée vie à Forbidden Stories. Jeudi 2 novembre, une première enquête est parue : celle de Cecilio Pineda, assassiné, pour son enquête « Les liens troubles entre élus locaux et narcotrafiquants ».

Julie Baranton

Écrit par IEJ3A

Laisser un commentaire