Denis Sassou Nguesso: 30 ans et plus à la tête du Congo

L’adoption au projet de constitution voté par referendum dimanche va permettre au président congolais Denis Sassou Nguesso de se représenter en 2016. 

Il dirige le Congo depuis 1979 et n’avait pas hésité à utiliser la force en 1997 pour revenir au pouvoir à l’issue d’une guerre civile. Le président de la République du Congo est aujourd’hui apte, par des moyens légaux, à se présenter une troisième fois à la présidence, au terme de son deuxième mandat.

A regarder: portrait du dirigeant d’Etat par France 24.

 

Les Congolais ont voté « oui » à 92,96% sur le projet de nouvelle constitution permettant au président en place de se représenter en 2016. Selon les résultats officiels annoncés aujourd’hui, 72,44% des électeurs ont participé au vote, assurant à Denis Sassou Nguesso une victoire écrasante, mais très contestée par l’opposition.

Des soupçons de trucage 

L’un des chefs de l’opposition, Pascal Tsaty Mabiala, est formel sur l’authenticité des résultats. Selon lui, le taux de participation n’a pas dépassé les 10%:

«Les Congolais ne se sont pas déplacés, affirmait-il, c’était le mot d’ordre que nous avions donné».

Le boycott des urnes par les électeurs a aussi été observé par plusieurs journalistes sur place, notamment ceux de l’AFP à Brazzaville et Pointe-Noire, la deuxième ville du pays.
Le ministre de l’intérieur, Raymond Mboulou, a confirmé lors d’une allocution à la télévision nationale, que le « texte de nouvelle Constitution [entrerait] en vigueur dès sa promulgation par le président de la République ».

A lire aussi: une démocratie difficile au Congo

Marius Mathieu

 

Écrit par marius