Qui est Hasna Aït Boulahcen, cette jeune femme de 26 ans, présentée comme la cousine de Abdelhamid Abaaoud, commanditaire présumé des attentats de Paris ? Elle est devenue mercredi la première femme présumée kamikaze en France, après l’assaut donné par le Raid à Saint Denis. 

 

Mercredi, après avoir connu à peine cinq jours plus tôt les premiers kamikazes en France, le RAID, appuyé par l’armée découvrait cette fois la première femme présumée kamikaze sur notre territoire. Hasna Aït Boulahcen, en activant sa ceinture explosive, est devenue la première femme kamikaze en France. Pourtant, selon ses proches rien ne laissait présager qu’un jour la jeune femme originaire de Clichy-la-Garenne aurait pu se mourir en martyr.

 « Une métamorphose récente « 

Avant de devenir cette femme aujourd’hui tristement célèbre, Hasna n’avait rien d’une musulmane radicale, pas même d’une musulmane selon ses proches, qui pour la plupart préfère garder l’anonymat. En effet, celle que son voisinage surnommait « cow-girl », car elle portait souvent un chapeau et des bottes, est décrit comme une jeune femme « extravertie » qui n’hésitait pas à boire de l’alcool lorsqu’elle sortait avec ses amis, majoritairement masculins. Son frère déclare même qu’il ne l’a jamais vu ouvrir le Coran.

 

A lire aussi : Qui est Hasna Aït Boulahcen, la kamikaze de Saint-Denis? 

Hasna Aït Boulahcen aurait eu une jeunesse difficile. Jusqu’à ses 15 ans, elle est placée en famille d’accueil, au sein de laquelle seront déjà decellés quelques signes étranges. Lors des attentats qui ont frappé les Etats-Unis le 11 septembre 2001, la jeune fille aurait applaudit devant les images à la télévision.

A lire aussi : Comment Hasna Aït Boulahcen est passée d’adolescent délurée à kamikaze 

Une radicalisation express 

Après sa jeunesse tumultueuse, la jeune femme se transforme radicalement. Il y a 6 mois, le « garçon manqué » comme la décrivent ses proches, surprend tout le monde en se présentant avec un hijab (tenue recouvrant l’intégralité du corps, sauf le visage). Un mois après elle porte le niqab, elle n’écoute plus personne, rentre dans sa propre bulle. « Vous faites votre vie, je fais la mienne », dit-elle à ses proches. A partir de ce moment là, elle coupe tous les liens avec ses proches qui n’ont plus de nouvelles d’elle jusqu’à ce terrible mercredi matin.

Écrit par Doriandroulez