Davos, le grand scepticisme

Quelques 3 000 représentants du patronat mondial sont réunis à Davos jusqu’au 23 Janvier. A l’occasion du Forum Mondial de l’Economie, ils auront fort à faire :  terrorisme, crise migratoire, incertitudes économiques… autant d’inquiétudes qui planent sur cette 45ème édition.

« On vient ici pour discuter des solutions à long terme. Mais comme en 2008, on va être rattrapés par les problèmes de court terme. Les gens se posent la même question : sommes-nous au bord d’une récession mondiale ? » Nouriel Roubini, économiste présent au forum.

Dès Mercredi 20 Janvier, l’économiste Nouriel Roubini annonçait les difficultés qui attendent l’économie mondiale. Le scepticisme s’est déjà totalement installé dans les esprits : seul 27% des patrons croient à une prochaine reprise économique, contre 37% en 2015. Il faut dire que dans l’actualité, rien ne laisse de place à l’espoir dans le domaine des affaires…

L’Europe doit se battre sur deux fronts : la montée de la menace terroriste en plus d’une crise migratoire sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale, et la situation géopolitique des pays arabo-musulmans n’encourage pas une stabilisation des relations politiques de la région. Les BRIICS ne soutiennent plus leur croissance économique : l’économie chinoise, indispensable pour le marché mondial, est au plus bas depuis 25 ans, Russie et Brésil sont en récession.

Si aucune solution à long terme n’est trouvée, c’est une longue récession mondiale qui risque de s’imposer ; c’est la principale angoisse des intervenants de Davos.

Damien Espona

Écrit par Nicolas Chaaya