Cazeneuve dans la jungle de Calais

Le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve doit se rendre cet après-midi à Calais, Nord Pas-De-Calais, après l’appel des 800 artistes qui réclame un plan d’urgence.

Au lendemain de l’appel de 800 personnalités, le ministre de l’Intérieur a choisi de se rendre à Calais pour la septième fois consécutive. Hier, déjà, Bernard Cazeneuve est revenu sur la situation difficile à Calais où 6000 personnes vivent dans ce qu’on appelle « la jungle ». Il a confirmé l’augmentation du nombre de places dans le centre d’accueil de Jules Ferry pour une mise à l’abri rapide de 200 femmes et enfants, tout en rappelant que « La lande de Calais ne peut pas être un espace de vie durable pour les migrants » et en ajoutant que 13 millions d’euros ont déjà était investi par l’état.

Pour répondre à l’influence croissante du nombre de migrants, l’état a également financé des conteneurs pouvant accueillir 1500 personnes au sein d’un camps proche de celui de Jules Ferry. Les travaux vont débuter à la fin du mois d’octobre.


800 personnalités se mobilisent

Cinéastes, écrivains, intellectuels ou militants… ils sont 800 à s’être mobilisés pour dénoncer, dans le journal Libération, « un désengagement de la puissance publique est une honte dans un pays qui même en période de crise reste la sixième puissance économique mondiale. »

« Cinq à six mille femmes, hommes et enfants, épuisés par un terrible voyage, laissés à eux-mêmes dans des bidonvilles, avec un maigre repas par jour, un accès quasi impossible à une douche ou à des toilettes, une épidémie de gale dévastatrice. »

Le texte évoque également des « viols« , des « enfants laissés à eux-même dans les détritus » ou des violences policières.

 

Écrit par marjolaine.margue