Crash en Egypte : un « flash de chaleur » détecté par un satellite?

Les données des enregistreurs de vols de l’Airbus russe qui s’est écrasé dans le Sinaï sont toujours analysées. La chaîne de télé CNN a déjà révélé qu’un « flash de chaleur » a été détecté par un satellite avant le crash.

Pour l’heure, le crash de l’Airbus russe de Metrojet en Egypte reste un mystère. Aucune explication officielle n’a été avancée. L’analyse des boîtes noires se poursuit aujourd’hui. Cette analyse permettrait de comprendre la dislocation de l’appareil dans les airs. Après 23 minutes de vol, l’Airbus se crash et tue 224 personnes. Peu avant ce crash, un « flash de chaleur » a été détecté.

« Flash de chaleur » : sur la piste d’un acte terroriste ?

Hier soir, CNN révélait un autre élément à l’enquête. Des sources militaires américaines affirment qu’un satellite américain a détecté « un flash de chaleur » peu avant le crash. Son origine reste inconnue mais les experts américains n’excluent pas la piste d’une bombe explosée à bord. CNN indiquait que ce flash de chaleur « suggère qu’un événement catastrophique, y compris peut-être une bombe, s’est produit en vol« . Les experts examinent d’autres possibilités mais ces sources ont fermé la piste d’un missile envoyé depuis le sol. L’organisation Etat islamique ne dispose pas de l’armement nécessaire pour abattre un vol à plus de 8000 mètres d’altitude.

Publication d’une vidéo de revendication de Daech

Hier soir, des observateurs du cyber djihad affirmaient que l’organisation terroriste a publié une vidéo dans laquelle elle revendique le crash. Un jeune djihadiste s’exprime en russe et affirme que la catastrophe a été provoquée en représailles de l’intervention russe en Syrie. La traduction officielle n’est pas encore disponible mais des internautes affirment que le groupe ne précise pas avec quels moyens ils auraient abattu l’avion. L’Etat Islamique devrait annoncer un prochain message audio pour revendiquer son crash.

Pour le moment, les autorités égyptiennes refusent de croire à la piste de l’attentat. Lors d’une interview pour le Telegraph mardi, le président Abdel Fattah al-Sissi affirmait que tout commentaire sur le crash était « prématuré et basé sur aucun fait concret ». Les autorités égyptiennes pourraient manquer de transparence car un nouvel attentat pourrait encore freiner le tourisme en Egypte.

Sandrine Baccaro

À lire aussi : Revendication des attentats du Sinaï

Écrit par sandrine.baccaro