Crash en Egypte : Barack Obama évoque la possibilité d’une bombe

Cinq jours après le crash du Sinaï, le doute subsiste sur les causes de l’accident. Washington et Londres déclarent avoir une piste sérieuse alors que Le Caire et Moscou restent prudents. 

Les conclusions de l’enquête n’ont pas encore été dévoilées et pourtant Barack Obama a confirmé, sur une radio américaine jeudi 5 novembre, les hypothèses du britannique James Cameron :

« Je pense qu’il existe une possibilité qu’il y ait eu une bombe à bord et nous prenons cette piste très au sérieux ».

Pour corroborer cette piste, le journal The Times affirme, ce matin, que les conversations électroniques interceptées par des agents de renseignements  laissent entendre qu’une bombe a pu être placée à bord de l’appareil par un passager ou un membre du personnel au sol de l’aéroport. Washington et Londres sont donc convaincues par la thèse d’un acte terroriste d’autant plus que Daech a revendiqué l’acte sur Twitter peu de temps après l’accident.

Ces hypothèses ne font pourtant pas l’unanimité. De l’autre coté de l’Atlantique, les autorités russes et égyptiennes mettent en garde contre des conclusions prématurées sur les raisons du crash. Les enquêteurs ont pour l’instant extrait les informations d’une seule des deux boîtes noires : celle qui contient les données du vol. L’autre contenant les conversations de l’équipage est très endommagée.

L’expertise risque de prendre du temps et le président des Etats-Unis a tout de même souligné lors de son intervention qu’il n’y avait aucune certitude pour l’instant.

Mayline Meynard 

Écrit par nacerm