Coupe d’Europe : le Racing condamné à l’exploit

Avec deux défaites et zéro point pris en deux matches, le Racing 92 est quasiment éliminé de la Champion’s Cup. Mais il reste une infime chance à laquelle les Franciliens vont s’accrocher. Cela passera par une victoire ce vendredi à Glasgow.

Le champion de France, vice-champion d’Europe éliminé dès les phases de poule de Champion’s Cup ? Un scénario difficilement imaginable, et pourtant. C’est bien la situation dans laquelle est empêtrée le Racing 92 de Dan Carter. Après une défaite 27-17 chez les Anglais de Leicester, les Franciliens se sont inclinés sur leur pelouse contre Glasgow 14-23. Une défaite qui pourrait être fatale étant donnée la configuration de la compétition.

En effet, le premier de chaque poule est qualifié directement pour les quarts de finale. Mais pas systématiquement le deuxième. Il faut faire partie des trois meilleurs deuxièmes sur l’ensemble des six poules pour pouvoir se qualifier. Et le Racing a du retard. Beaucoup de retard. Quatre équipes ont déjà neuf points d’avance sur les Franciliens, et Montpellier en a même dix !

Le classement des meilleurs deuxièmes toutes poules confondues / Flashresultat

« On se doit d’y croire »

Alors les vice-champions d’Europe n’ont plus le droit à l’erreur et vont devoir réaliser un sans-faute sur leurs six derniers matchs, tout en prenant un maximum de points. Mais le calendrier est loin de leur être favorable. Il faudra réussir à gagner chez les Irlandais du Munster, double champion d’Europe et dans une forme incroyable (10 points pris sur 10 possibles). Et puis il faudra être capable de gagner dès ce vendredi soir à Glasgow, alors qu’ils ont été dominés par ces mêmes Ecossais le week-end dernier.

Impossible vous dites ?« D’un point de vue comptable, ce n’est pas encore fini. On se doit de croire en nos chances », déclare l’entraîneur du R92 Laurent Labit sur le site de la compétition. Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir…

Le résumé de la défaite du Racing 14-23 contre Glasgow à Yves-du-Manoir

Alexis KUNZ

Écrit par iejpedago