COP 21 : des négociations difficiles, la pression monte

Les négociateurs ont du mal à se mettre d’accord et n’arrivent pas à trancher en faveur d’engagements climatiques fermes. Le texte doit être remis ce samedi 5 décembre à Laurent Fabius.

« Les progrès sont lents. » Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et président de la conférence sur le climat COP 21, a reconnu des difficultés dans la négociation de l’accord pour limiter le réchauffement climatique entre les 195 délégations nationales. Mercredi, le chef de la diplomatie française a publiquement appelé à accélérer le rythme de leurs groupes de travaux pour un rendu ce samedi midi.
Un premier projet de texte, passé de 55 à 50 pages, a été publié jeudi matin. S’il a perdu quelques pages, le texte a du mal à s’engager fermement et reste composé nombreuses options.
« Le nombre d’options ouvertes n’a pas été réduit : autour de 250 », souligne Matthieu Orphelin, porte-parole de la Fondation Nicolas hulot (FNH) selon le JDD. Mais pour accélérer le rythme, le nombre de groupes de travail doit être réduit, sur proposition du groupe de pays G77.
Un calendrier serré
D’ici samedi midi, un maximum de ces options doivent avoir été tranchées, avant que les ministres des divers pays ne prennent le relais des négociations lundi pour la signature d’un accord final.
Les discussions doivent se conclure mercredi 9 décembre, pour laisser le temps d’effectuer les vérifications légales et linguistiques du texte de l’accord dans les six langues de l’ONU. L’accord final devrait être adopté le vendredi 11 décembre.

Marie Graftieaux

Écrit par axellemarie