Comparatif de frais bancaires : comment ça marche ?
L'outil mis en place par Bercy permet de comparer 11 frais bancaire. / @Flickr

L’outil mis en place par Bercy permet de comparer 11 frais bancaire. / @Flickr

L’outil, lancé ce lundi par Bercy, permettra de mieux s’y retrouver dans les divers frais imposés par les banques. 

Promis par le ministre des Finances, Michel Sapin, le comparateur public de tarif bancaire sera lancé à la mi-journée lors d’une conférence de presse à Bercy.

« Notre objectif est de faire en sorte que la concurrence s’exerce dans de bonnes conditions », indique le ministre des Finances dans une interview accordée au Parisien.

Il explique notamment l’intérêt de ce comparateur qui « permettra à tout le monde de comparer, gratuitement, les tarifs des services de base, comme les virements, les prélèvements ou les cartes ».

 

A quoi ça sert ?

L’outil décrypte 11 tarifs de base, comme le coût d’un virement, d’une carte bancaire, d’éventuels frais de retrait, des frais de tenue de compte ainsi que le coût qui permet de gérer ses comptes via internet. Une centaine de banques sont répertoriées par ordre alphabétique et non pas par prix pratiqués. Toutes les grandes enseignes sont présentes : la Société Générale, BNP Paribas, Crédit Mutuel, Crédit Agricole, etc..

A qui cela s’adresse-t-il ? 

L’outil a été élaboré pour tous. Il permet aux clients de s’informer des prix pratiqués dans les banques concurrentes. Le comparateur est entièrement gratuit.

Faut-il créer un compte sur le site pour accéder au comparatif ? 

Aucune donnée personnelle n’est demandée aux internautes. Il n’y pas de compte à ouvrir, ni d’identifiant à créer. Le site sélectionne automatiquement les banques présentes dans le département d’habitation.

Une information transparente des tarifs bancaires qui a ses limites. 

Si la grille tarifaire permettra à la clientèle de se faire une idée des prix pratiqués par la concurrence, l’instrument reste insuffisant selon les professionnels du secteur. Les packages, souscrit par la moitié des consommateurs ne sont pas pris par en comptes. Egalement, alors que 300 tarifs peuvent être indiqué sur une plaquette tarifaire, seulement 11 sont examinés. Plusieurs plateformes privées existe déjà prenant en compte plus de tarifs et les classant par prix.

 

Fanny Michel

Écrit par Fanny Michel