Compagnie aérienne : qui est le low-cost de qui ?

La filiale low-cost du groupe Air-France KLM, Joon, a effectué son tout premier vol, ce 1er décembre. Une réaction à un phénomène d’expansion des compagnies aériennes à bas coûts. Retour sur les trois plus grandes compagnies traditionnelles qui ont décidé de créer leurs propres branches low-cost, appelées « compagnies hybrides », pour attirer une nouvelle clientèle. 

 

British Airways / Level

Premier concurrent de Joon, Level, la branche low-cost du groupe IAG (British Airways, Iberia…), s’est installé à Orly, depuis ce mardi 28 novembre. Lancée en juin dernier, cette compagnie hybride propose notamment des allers simples vers les Antilles, Los Angeles, San Francisco pour 99 euros et 129 euros pour rejoindre New York ou Montréal depuis Orly.

 

Lufthansa / Eurowings

Après le lancement de Germanwings, le géant allemand Lufthansa a crée en 2015, Eurowings, sa nouvelle compagnie low-cost qui remplacera d’ici 3 ans Germanwings. L’entreprise allemande place de grands espoirs en Eurowings. Elle veut en faire « la troisième compagnie low-cost en Europe dans les années à venir », selon « Le Monde ». En proposant dès sa création des vols à destination des Caraïbes, de la Thaïlande (Bangkok) ou de Dubaï à moins de 100 euros.

 

Air Caraibes / French Blue

 

French Blue, F-HPUJ, Airbus A330-323

Créée en 2016 par le groupe Dubreuil, notamment propriétaire du transporteur aérien Air Caraïbes, French, anciennement French Blue, est la compagnie low-cost destinée aux vols long-courriers et surtout en direction de lieux exotiques. En effet, French propose des liaisons entre Paris Orly-Pointe à Pitre (Guadeloupe), Punta Cana (République Dominique), la Réunion et enfin en direction de Papeete en Polynésie Française, liaison prévue en mai 2018.

 

Juliette Thévenot

Écrit par IEJ3A

Laisser un commentaire