Comment Google a détrôné Apple ?

Alphabet, société mère de Google, est devenue la première capitalisation boursière du monde. Pour la première fois depuis 4 ans, le géant Apple a été détrôné. Le holding regroupant les différentes activités du moteur de recherche vaut désormais 542 milliards de dollars. 

Google a surpassé Apple. Hier, le moteur de recherche est devenu l’entreprise la plus chère du monde. Alors que Apple était en tête à Wall Street depuis plusieurs années, la firme à la pomme stagne. Pourtant, le groupe avait lui-même supplanté Exxon Mobil en termes de capitalisation en 2012. Apple avait atteint jusqu’à 760 milliards de dollars de capitalisation, au début 2015. Mais aujourd’hui, la société numérique apparait, aux yeux des investisseurs, comme une entreprise qui maximise ses profits alors que Google arrive à réunir croissance et rentabilité.

Plusieurs causes expliquent la baisse d’Apple. Le marché des smartphones est en baisse trimestres après trimestres tandis que Google se figure dans un marché en constante progression. Son activité est tournée autour de la vente publicitaire aux annonceurs et selon eMarketer, les dépenses publicitaires en ligne passeront de 30 à 65 milliards de dollars aux Etats-Unis. Une tendance qui devient similaire dans le reste du monde notamment dans les pays émergents. Dans ces pays, le développement d’Internet profite donc à Google.

A lire aussi : Trois raisons expliquent ce chassé-croisé

En parallèle, Apple se trouve dans un secteur moins favorable. Le géant doit convaincre les utilisateurs avec des mises à jour récurrentes et une keynote annuelle. Contre toute attente, cette année, leur nouvel iPhone a été moins vendu que les modèles précédents. Avec des prix exorbitants, la firme se prive aussi d’acheteurs potentiels. Alors qu’elle souhaitait conquérir la Chine, Apple se retrouve exposé à son ralentissement économique. Le groupe a essuyé le premier recul de ses ventes depuis plus du 10 ans.

A lire aussi : Recul des ventes pour le géant Apple

Juliette Vignaud

Écrit par Juliette Vignaud