Au milieu des nombreux stands de goodies, le Comic Con de Paris accueille pour la première fois la Sport Saber League, association de combat au sabre laser, venue initier de potentiels padawans.

View post on imgur.com

« Tête, épaule, épaule, jambe, jambe ! » A la sobre commande de « maître » Mikael, les « élèves » exécutent des mouvements d’attaque tout droit sortis de « Star Wars ».

Armés de sabres lasers (en plastique), enfants, adolescents mais aussi adultes, s’initient à l’art Jedi, dans les allées du salon Comic Con à Paris.

Et à la fin du cours improvisé, la magie opère : « C’est super d’avoir crée ça !« , s’enthousiasme Elsa, 24 ans. « Les chorégraphies des films sont tellement impressionnantes… on a forcément envie d’essayer ! »

Mais quand on s’amuse à ressembler à Luke Skywalker, le temps passe vite : « C’est un peu court ! J’aurais bien aimer continuer, c’est trop bien ! » regrette Aurélien, 10 ans, capuche visée sur la tête pour ressembler à Obi-Wan Kenobi.

Un vrai sport de combat

Créée il y a un an à peine, la Sport Saber League (SSL) regroupe un peu plus de 250 adhérents. Si le point de départ peut être considéré comme un fantasme de geeks, le résultat en revanche relève de la véritable discipline sportive, mêlant les sept formes de combats créées pour la saga « Star Wars », dont l’escrime et le Kendo.

D’ailleurs, les fondateurs et instructeurs sont tous d’anciens pratiquants de sports de combat. Farid Ben Salem, surnommé « Dark Fader », totalise 25 ans d’escrime, et souligne que ce nouveau sport est ouvert à tous, et n’intrigue pas seulement les fans de « Star Wars » : « Nous avons des fans, des nolifes évidement, qui font du sport pour la première fois de leur vie, mais aussi de vrais sportifs qui viennent découvrir de nouvelles techniques. »

Mikael, l’instructeur de la Comic Con, fait partie de ces sportifs. En un an, il dit avoir très vite progressé : « Je suis venu par passion pour le sport de combat. J’adore ça ! Ça fait quatre ou cinq que je fais de la capoeira. »

Les jeunes padawans profitent finalement d’un entrainement sportif, et de vraies techniques de combats. Seul regret à exprimer, ils ne peuvent pas (encore ?) utiliser la Force…

Damien Espona

Écrit par Boris Manenti