Plus de 250 manifestations et mouvements de grève sont attendus aujourd’hui dans toute la France pour contester le projet de loi Travail, à l’appel des syndicats, d’organisations de jeunesse et de groupes citoyens. 

En plus de la grève de la SNCF et de la RATP pour raison interne, c’est un mercredi noir en France.

Voici la carte des principales villes où vont se dérouler des manifestations:

C’est aujourd’hui que la ministre du Travail Myriam El Khomri devait présenter son projet de loi en Conseil des ministres, mais sous la pression sociale, le gouvernement a temporisé en repoussant la présentation du texte controversé au 24 mars.

La Loi du travail est contestée  sur la réforme du licenciement économique et le plafonnement des indemnités prud’homales en cas de licenciement abusif. Deux mesures perçues comme des concessions au patronat, et qui font craindre une hausse des licenciements. Pour les organisations étudiantes, les jeunes, déjà durement confrontés à la précarité dans le monde du travail, en seraient les principales victimes. Le projet « trahit la jeunesse », estime William Martinet, président de l’Unef, premier syndicat étudiant. Beaucoup évoquent la révolte contre le CPE, il y a dix ans, qui avait fait plier l’exécutif sur ce contrat « première embauche » destiné aux moins de 26 ans qui faisait état d’une période d’essai particulièrement longue. A lire aussi: En direct, Loi Travail: les manifestants se rendent à Bercy

Depuis lundi, c’est dan dune ambiance électrique que Manuel Valls, Myriam El Khomri, et le ministre de l’Économie Emmanuel Macron rencontrent les partenaires sociaux. Certains syndicats, contestataires (CGT et FO), exigent le retrait pur et simple du projet de loi, d’autres, réformistes (CFDT, CFTC, CFE-CGC, Unsa), réclament des améliorations, notamment un meilleur encadrement de l’apprentissage, du forfait-jour, des astreintes, ou la primauté du rôle de la branche dans les accords sur le temps du travail. Les réponses précises aux revendications des syndicats et du patronat sont attendues lors d’une «restitution» le 14 mars.

Fanta Bodian

Écrit par Fanta Bodian