CNews, la nouvelle Itélé

Vincent Bolloré, le patron du groupe Canal+, a finalement annoncé l’arrivée de CNews le 27 février prochain. Ce changement de nom, destiné à relancer la chaîne Itélé, suscite de nombreuses interrogations. 

  • Quelle est la stratégie de Bolloré ? 

La grève d’Itélé, en automne dernier, n’est pas passée inaperçue. 31 jours de non-activité pour les salariés de la chaîne pour qu’au final… ils la quittent. Près de cent journalistes – sur un total de 180 – ont en effet claqué la porte. Une débâcle difficile à oublier et à surmonter, d’autant que la chaîne a perdu 1% d’audience depuis la grève. Et pourtant, le groupe Canal a décidé de tourner la page, voire de refermer le livre et d’en ouvrir un autre : CNews. 

  • CNews, qu’est-ce que c’est ?

CNews, c’est un changement d’ambiance : des vedettes vintage, des émissions plus modernes et inédites. C’est tout simplement la transition de la chaîne Itélé avec du neuf… enfin du vieux. 

  • Qui sera dans l’équipe CNews ? 

Des piliers d’Itélé comme Audrey Pulvar, Pascal Praud ou encore Laurence Ferrari devraient continuer l’aventure. Les matins seront assurés par Jean-Pierre Elkabbach. Mis à l’écart par Europe 1, notamment à la suite de la chute des audiences de son interview matinale, le journaliste de 79 ans parviendra-t-il à attirer les téléspectateurs ? CNews devrait aussi charger Patrick Poivre d’Arvor, 69 ans, d’animer une émission de décryptage de l’actualité avec Rachid Arhab et la numéro deux de la chaîne, Valérie Chomicki. Selon Le Parisien, l’ancien présentateur animera aussi un magazine hebdomadaire d’actualité littéraire. Marc Menant, ancien animateur sur Direct 8 et Europe 1, devrait en outre animer Positif, une émission mettant en avant des initiatives positives. Une belle brochette de journalistes d’expérience pour relancer, ou plutôt lancer le nouveau projet Bolloré. 

  • Et Jean-Marc Morandini dans tout cela ? 

Toujours rien d’officiel. La direction du groupe Canal+ réfléchit encore au retour à l’antenne du présentateur, l’une des cibles des grévistes, notamment en raison de sa mise en examen dans deux affaires. Si l’enquête sur l’animateur pour « harcèlement sexuel » a été classée sans suite, elle se poursuit, après sa mise en examen en septembre, pour « corruption de mineurs » et « corruption de mineurs aggravée ». Côté antenne, et après ses débuts surréalistes sur Itélé en pleine grève, l’animateur aurait revu sa copie. Reprendra-t-il « Morandini Live » ou un magazine d’un autre format ? La semaine dernière, l’animateur a publié sur son compte Instagram depuis l’aéroport Charles-de-Gaulle : « Dernière escapade avant la reprise… Content de partir mais impatient de reprendre le direct ! » Coup de bluff ou réel projet ? Quoi qu’il en soit, Vincent Bolloré joue sans doute ses dernières cartes avec CNews.

Ramy Berkani

Écrit par iejpedago