Claudia Priest, l’ex otage est de retour en France

Claudia Priest a atterri dimanche 25 sur l’aéroport militaire de Villacoublay. Libérée vendredi, elle a décrit à son arrivée des conditions de détention éprouvantes. 

 

Une prise d’otage violante. « Ils étaient vraiment très menaçants, ils avaient les armes, ils avaient les poignards, ils avaient les machettes et il me disaient : «  on va te tuer, on va t’égorger, on va te tuer » a t-elle déclaré lors de son arrivée en France. Elle avait fini par entamer une grève de la faim pour être libérée.

Enlevée à Bangui, en Centre Afrique cette humanitaire de 67ans, effectuait une mission humanitaire, financée par l’ONG médicale catholique Codis (Coordination diocésaine de la santé). Elle circulait à bord d’un 4×4, qui transportait des médicaments, lorsqu’elle s’était fait enlever par des miliciens anti-balaka,  sur une des avenues principales de la capitale.

Les anti-balaka sont des milices principalement chrétiennes qui se sont formées pour lutter contre les rebelles, essentiellement musulmans, de la coalition Séléka

Après quatre jours de captivité, l’humanitaire a été accueillie dimanche sur le sol de l’aéroport de Villacoublay. Sur le tarmac son mari Armand, ses enfants Bérangère et Florent, ainsi que le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius. C’est cinq petit enfants, lui ont ensuite remis des roses blanches, une chacun

 

 

 

 

M.C

Écrit par marinenassim