Une solution pour réunifier l’île de Chypre est à portée de main, a estimé le 7 novembre en Suisse le secrétaire général de l’ONU, à l’ouverture de négociations de la dernière chance pour tenter de régler l’un des plus vieux conflits politiques dans le monde.

1974 : Chypre est divisée, lorsque l’armée turque a envahi la partie nord de cette île méditerranéenne en réaction à un coup d’Etat visant à rattacher Chypre à la Grèce. Cette invasion a été suivie par d’importants déplacements de populations, des dizaines de milliers de personnes ayant dû abandonner leurs biens du jour au lendemain.

2004 : La République chypre devient membre de l’Union européenne et n’exerce son autorité que sur la partie sud, où vivent les Chypriotes grecs. Les Chypriotes turcs habitent au nord, où une République turque de Chypre du Nord (RTCN) a été autoproclamée et n’est reconnue que par Ankara.

carte_des_districts_de_chypre

2015 : Après l’échec d’un plan de réunification proposé par l’ONU en 2004, des pourparlers ont repris en mai 2015, sous l’égide de l’ONU, entre le président chypriote (grec) Nicos Anastasiades et le leader chypriote turc Mustafa Akinci. Des progrès ont été enregistrés sur plusieurs dossiers depuis cette date, mais le sujet le plus épineux, portant sur les différends territoriaux, sera au coeur des discussions qui se sont ouvertes le 7 novembre.

2016 : Du 7 au 11 novembre. Une solution enfin à portée de main !  Sous l’égide des Nations unies, les dirigeants chypriotes grec  poursuivent  en Suisse près du Lac Léman leurs négociations en vue d’un accord sur la réunification de l’île méditerranéenne.

Si une réunification promet d’être coûteuse, le Fonds monétaire international (FMI) veut croire qu’elle finira par avoir des conséquences très positives pour Chypre, qui au bord de la faillite en 2013, avait dû recourir à un plan de sauvetage international.

Agathe Peroceschi

Écrit par iejpedago