La candidature unique du porte-parole du gouvernement fait grincer des dents dans la toute jeune République en marche.

Le parti macroniste La République en Marche est dans un état critique. Les militants et certains élus ne sont pas d’accord avec les conditions dans lesquelles Christophe Castaner doit être désigné à la tête du parti ce samedi 18 novembre. Un débat a finalement eu lieu jeudi 16 novembre au soir entre les quatre listes candidates au bureau exécutif du parti.

 « Notre ambition, c’est que cela se passe bien samedi (…) si on peut s’éviter cette polémique, autant le faire » explique une cadre de LREM dans les colonnes du Monde. Mais Christophe Castaner est le seul candidat en lice à l’élection prévue ce samedi. Et sa nomination-élection choque plus de la moitié des Français. La République en Marche prend un coup dans les sondages.

61% des Français interrogés ne trouvent pas LREM « plus soucieux de la moralité que les autres« , ni plus à l’écoute de ses adhérents : 72 %. Le fait que Christophe Castaner puisse cumuler le poste de Délégué Général du parti avec son poste de Secrétaire d’Etat pose problème à gauche comme à droite, autant qu’au sein de son propre parti.

Le Sénateur LREM de Paris Julien Bargeton estime que Christophe Castaner devrait quitter le gouvernement pour se consacrer à son parti. 70% des Français jugent que Christophe Castaner devra quitter le gouvernement s’il prend les rênes de La République en Marche. L’arbitraire de cette nomination fait décidement mauvaise figure.

Victor Schegin

Écrit par IEJ3A