Christian Estrosi surveillerait depuis longtemps les djihadistes

Christian Estrosi était l’invité de la matinale de France Info vendredi dernier. Il a réagi aux tristes attentats de « Charlie Hebdo » et de l’Hyper Casher. Il s’est exprimé sur la possibilité et la pertinence d’exercer  au niveau local une surveillance des djihadistes français. 

Le maire UMP de Nice a rappelé qu’il avait mis en place dans sa ville une cellule d’écoute dès octobre 2014 pour lutter contre la radicalisation: « Moi depuis près de deux ans j’ai mis en place une cellule « Syrie ». […] Lorsque j’ai vu ces mamans et ces papas épuisés. […] J’ai décidé de monter une cellule d’écoute. C’est près de deux cents appels que j’ai reçus, c’est près d’une vingtaine de familles dont j’ai pu évaluer qu’elles étaient concernées. »

Il dénonce à demi-mots la perméabilité de la surveillance au niveau national. Des renseignements au niveau local seraient alors plus efficaces. La cellule « Syrie » est composée d’accompagnateurs sociaux et psychologiques. Ils travaillent avec les familles dont les proches sont partis faire le Djihad. Une démarche importante dans la ville de France qui connaît le plus de départs pour la « guerre sainte ».

Cependant, le journal Libération n’a pas manqué de relevé quelques mensonges dans ses déclarations. La cellule n’existe que depuis octobre 2014 et non depuis deux ans. De même, elle concerne huit familles contrairement aux vingt annoncées. Enfin, elle vient renforcer le plan national lancé par Manuel Valls en avril 2014.

 

 

Clémence Forsans

Écrit par sephoclem