Changer de nom pour une nouvelle vie

Nicolas Sarkozy annoncera le 30 mai prochain le nouveau nom de l’UMP. Que se soit pour symboliser une fusion, un changement de ligne politique ou encore pour marquer une rupture avec l’image qui leur était accolée, plusieurs partis se sont déjà rebaptisés.

 

  • Quand le PS était la SFIO
L'ancien PS Source: Wikipédia

L’ancien PS
Source: Wikipédia

La Section française de l’Internationale ouvrière était le parti socialiste français entre 1905 et 1969. Entre Jean Jaurès, Léon Blum ou encore Guy Mollet, ce parti a connu son lot de dirigeants emblématiques. En 1968, François Mitterrand, alors membre de la SFIO, souhaite unifier tous les partis et courants de gauche (sauf communistes) autour d’un nouveau parti. C’est à l’occasion du congrès d’Issy-les-Moulineaux qu’apparaît l’Union des clubs pour le renouveau de la gauche. Ce rassemblement donnera naissance au Nouveau parti socialiste avec pour symbole un poing et une rose. Le parti sera rebaptisé officiellement deux ans plus tard au congrès d’Epinay. François Mitterrand sera le premier secrétaire du parti qu’on appelle maintenant le PS.

Quarante ans plus tard, le PS a fait son temps et le débat autour d’un nouveau parti est toujours d’actualité. En 2009, Manuel Valls dénonce dans le Financial Times : « une vision dépassée du monde ». « Je crois en effet que le mot socialisme, hérité des concepts du XIXe siècle, contribue aujourd’hui à brouiller notre identité » avait conclu l’actuel Premier Ministre.

 

  • Quand l’UMP était le RPR
L'ancien UMP Source: Wikipédia

L’ancien UMP
Source: Wikipédia

Le Rassemblement pour la République fut créé en 1976 par Jacques Chirac et se revendique du gaullisme. Le parti a vu le jour alors que le président de la République de l’époque, Valéry Giscard d’Estaing est issu du parti des Républicains indépendants. Le RPR se veut plus conservateur et en rupture avec le parti du président en place. En 2002, Alain Juppé lance l’UMP, l’Union pour la majorité présidentielle. Le parti est alors constitué de la fusion entre le RPR, des membres issus de l’UDF et du Parti Radical, qui garde le statut de formation associée. A l’époque, cette union devait permettre à Jacques Chirac d’unifier la droite avant les présidentielles de 2002. Après sa victoire, le sigle ne changera pas mais sa signification oui, l’UMP devient : l’Union pour un mouvement populaire en Novembre 2002.

 

  • Quand le MoDem était l’UDF
L'ancien MoDem Source: Wikipédia

L’ancien MoDem
Source: Wikipédia

Le MoDem répond à la création de l’UMP justement. Créé par François Bayrou (alors président de l’UDF) en 2007, juste après la victoire aux présidentielles de Nicolas Sarkozy. Le MoDem souhaite rassembler les démocrates qui souhaitent un positionnement alternatif entre la droite et la gauche… Autrement dit le MoDem est au centre. Avec la création de ce parti, François Bayrou veut adopter une posture « ni à droite, ni à gauche » et se veut asseoir son indépendance.

Une nouvelle idéologie qui a créé des divergences au centre.

Depuis, le nouveau centre a aussi été créé par Hervé Morin et s’est allié avec l’UMP sous la présidence de Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2012. Seulement, en 2012, la coalition marque le pas et les législatifs sont un échec.

L’UDI apparaîtra sous l’impulsion de Jean-Louis Borloo. La formation de centre droit se composera des déçus de l’UMP et du nouveau centre.

Antoine Deiana  

 

Écrit par antoinelauren