Ces enfants djihadistes

Dans une nouvelle vidéo publiée mardi, l’Etat islamique a revendiqué l’exécution d’un arabe israélien présenté comme un agent du Mossad. Ses bourreaux : un djihadiste parlant français et… un enfant. Les mineurs sont de plus en plus nombreux à apparaître sur les vidéos de propagande.

La vidéo dure un peu plus de dix minutes. Un homme, Muhammad Said Ismail, vêtu d’une combinaison orange est exécuté froidement par des Hommes se revendiquant de l’Etat Islamique. Un des bourreaux s’exprime. Il parle français, revient sur les attentats de l’Hyper-Casher à Paris. Celui qui selon les experts pourrait être le demi-frère de Mohamed Merah accuse son otage d’être un espion israélien.

Mais il y a plus troublant encore. L’assassin de Muhammad Said Ismail est jeune, très jeune. « d’environ 12 ans » d’après la chaine d’info en continu israélienne « i24news».

 Faire commettre des exécutions aux plus jeunes, ou du moins les faire apparaître sur les vidéos diffusées par le groupe est un procédé qui n’a plus rien de marginal dans le djihadisme moderne.  Depuis le début du conflit syrien, ils sont des milliers à avoir rejoint les zones d’affrontements.

 En novembre 2014, dans une vidéo publiée sur Youtube et qui aurait été tournée à Raqqa, un homme interpelle deux jeunes enfants armés.

Si, dans une large majorité des cas, le départ des enfants est indépendant de la volonté de leur parents et les plonge dans la détresse, il arrive qu’au contraire, ces derniers incitent leur progénitures à prendre les armes. Ainsi, le 24 janvier 2015, un père de famille a été mis en examen , dans la Drôme, pour « provocation à des actes de terrorisme, violences sur mineurs de 15 ans par ascendant, soustraction par parents à ses obligations légales ». D’une nature violente, il obligeait ses enfants à regarder des vidéos faisant l’apologie du terrorisme.

C’est le caractère naïf des plus jeunes qui en font des cibles faciles pour la propagande djihadiste.

 Guillaume Laguinier

Écrit par noyaudur