Ces citoyens lambdas qui se retrouveront peut-être au 1er tour de la présidentielle

Alors que 91% des français ont déclaré ne pas faire confiance aux partis traditionnels, Thibault Favre et David Guez ont décidé de lancer leur propre primaire. Mais ici, ce ne sont pas des politiciens professionnels qui se présentent, mais des citoyens lambdas, désireux de faire entendre leur voix.

A quatre mois des élections présidentielles, un mouvement est en marche en marge des campagnes traditionnelles. Depuis un an, LaPrimaire.org s’affaire à dénicher le parfait candidat citoyen pour représenter ses idéaux. Le principe est simple : lancé sur internet, chacun pouvait se présenter à cette primaire. A l’aide de soutiens et votes des internautes, les candidats pouvaient présenter un programme afin de passer le premier tour. Avec plus de 200 participants pour le premier tour, il ne reste aujourd’hui plus que cinq candidats.

Thibauld Favre et David Guez, respectivement ingénieur et avocat, sont à l’origine du projet. Comme raporté dans Le Figaro, l’objectif était de « de dynamiter, grâce au web, le système classique des investitures adossées à des partis politiques« . Car chez LaPrimaire.org, tout se passe par le net. De la campagne à l’élaboration des programmes, jusqu’au vote des candidats, c’est sur leur site que tout se passe.

Dénonçant un système politique ne représentant pas la population française, le mouvement a pour objectif de mettre en avant un candidat qui aura élaboré son programme grâce à la participation collective. Bien sûr, chaque candidat porte ses propres idées et convictions, mais chacun se base sur le même principe : la démocratie participative.

Des candidats qui tiennent à l’avis des votants

Roxane Revon, 30 ans, est l’une des finalistes pour le deuxième tour. Elle a mis en place un site internet, où chacun peut faire des propositions. « Tout citoyen qui le souhaite, pour peu que ce soit participatif et pas juste contestataire, peut participer à l’élaboration de mon programme« . Une stratégie que les enthousiastes de LaPrimaire.org apprécient tout particulièrement.

Et cette stratégie, ils l’ont tous adoptée. Nicolas Bernabeu, autre candidat aux primaires citoyennes, a élaboré son programme de la même façon que Roxane. « J’ai apporté le plus gros du programme en me lançant de ce projet, mais des centaines de personnes ont apporté leurs idées et des modifications à celui-ci », admet-il sans problème.

Roxane Revon lors d’un débat à Paris (Photo d’Alessandra Sirany)

Des organisateurs confiants en leur projet

Vient maintenant la question du après. Car voter pour un candidat sur internet, c’est quelque chose, mais comment comptent-ils réellement mettre en place leur projet une fois le candidat final élu ? C’est simple, une fois élu, un parti va être créé. Ne restera alors qu’à récolter les 500 signatures nécessaires pour pouvoir se présenter officiellement à la campagne présidentielle. Et Thibauld Favre est confiant, ces signatures, ils les auront: »On compte déjà une centaine de maires sans étiquette en France, et nous avons reçu le soutien de beaucoup d’entre eux jusqu’à présent. Je ne doute pas qu’on réussira à obtenir les signatures nécessaires. »

Certains candidats, comme Roxane, ont d’ailleurs déjà le soutien de petits partis politiques. On peut compter parmi eux le Parti des Citoyens européens, dont le président Philippe Mazuel, était aussi candidat à la primaire. Ayant perdu le premier tour, il a donc décidé de soutenir Roxane avec son parti.

 

Pour convaincre les électeurs, les candidats écument donc en ce moment la France lors de débats participatifs. Le déroulement est simple : chacun se présente tour à tour, puis le public à la parole. Chacun peut poser les questions qu’il souhaite, et chacun des candidats y apporte sa réponse. Une façon de rentrer plus en profondeur dans les détails des programmes de chacun.

Le dernier tour aura lieu le 14 décembre. Après cela, il reviendra au candidat élu de prospecter afin de récolter les signatures nécessaires. Et qui sait, peut-être le retrouvera-t-on en avril, au premier tour des présidentielles.

Alessandra Sirany

Écrit par iejpedago