Ces candidats de la gauche qui ne participeront pas à la primaire

La gauche a du mal à se rassembler en vue de l’élection présidentielle de 2017. Malgré une primaire qui comptait sur l’unité, de nombreuses personnalités ont d’ores et déjà officialisé leur candidature hors primaire.

Passage obligé pour la droite comme pour la gauche, la primaire divise les socialistes et leurs alliés. De ce côté de l’échiquier politique, six candidats ont décidé de ne pas passer par le scrutin de la primaire. Pour certains, il s’agit encore de rassembler les 500 signatures requises. Courte présentation de ces candidats qui se veulent en marge du Parti socialiste.

© Flickr

Emmanuel Macron

Ancien banquier et conseiller de François Hollande, l’ancien ministre de l’Economie a choisi d’officialiser sa candidature sous son propre drapeau. Ni de droite ni de gauche, c’est avec son parti « En marche ! » qu’Emmanuel Macron compte participer à ce qu’il appelle la « révolution démocratique ».

© Facebook

Jean-Luc Mélenchon

Candidat depuis février dernier, Jean-Luc Mélenchon devance déjà Manuel Valls dans les intentions de vote. Après avoir officialisé sa candidature en février, l’homme politique de 65 ans, récemment converti à Youtube, et anciennement encarté au Front de gauche, a créé son propre mouvement « la France insoumise ». Il estime être le seul candidat de gauche à pouvoir affronter François Fillon.

© Wikimedia Commons

Philippe Poutou

L’ouvrier de chez Ford se présente une nouvelle fois sous les couleurs du Nouveau parti anticapitaliste (NPA). Si Philippe Poutou avait récolté 1,15% des suffrages aux élections présidentielles de 2012, c’est pourtant à l’unanimité que son parti a choisi de se ranger derrière lui.

© Facebook

Sylvia Pinel

Ancienne ministre du logement sous le gouvernement de Manuel Valls, Sylvia Pinel a décidé de représenter le Parti radical de gauche sans passer par la primaire. Un choix de l’indépendance, pour celle qui estime que le centre-gauche n’est pas assez représenté dans les débats.

© Wikimedia Commons

Yannick Jadot

Méconnu des Français, Yannick Jadot est arrivé en tête de la primaire écologiste du 7 novembre avec 54,25 % des voix. Député européen, il compte rassembler la famille écologiste, associative et politique.

© Facebook

Nathalie Arthaud

Pour la seconde fois, la porte-parole de Lutte ouvrière se présente au scrutin présidentiel. Malgré une première expérience peu probante (0,56 % des voix en 2012), Nathalie Arthaud compte défendre les intérêts des travailleurs.

Aloïs Sarfati

Écrit par iejpedago