Le 13 novembre 2015, une date sombre dans l’histoire Française. Le pays entier s’est transformé en une entité unie et solidaire. Néanmoins, certains n’ont pas perdu de temps pour profiter de la situation. Se servir du malheur des autres pour arriver à ses fins, voilà ce qu’a fait Cédric Rey, 29 ans, ambulancier jugé vendredi 1er décembre pour escroquerie. 

 

Cedric Rey lors de son interview  pour BFM TV

Comment faire de l’escroquerie sur un acte terrorisme ? En se faisant passer pour une victime. L’employé de la sécurité civil est originaire de Nouvelle Calédonie. Il arrive en France pour suivre des études et trouve un emploi d’ambulancier. Jeune homme sans histoires, il travaille vite et bien.

Au moment des faits, il affirme avoir été sur une terrasse avec des amis, les rafales fusent et c’est une femme enceinte qui meurt à sa place. Après son témoignage il a été de longues semaine en arrêt maladie et a tenter de se faire indemniser par le fonds de garantie des victimes de terrorisme et d’autres infractions.

C’est en octobre 2017 que les enquêteurs s’interrogent. Aucune femme enceinte n’a été tuée et beaucoup d’autres incohérence sont présentes dans son témoignage.

De retour en Nouvelle Calédonie. Il se rend de lui-même a la gendarmerie où il avoue les faits. Il est soumis à de nombreux examens psychologique.

Au moins sept personnes ont été condamnées depuis les attentats de Paris, Saint-Denis et Nice pour tentative d’escroquerie ou escroquerie.

A lire aussi

http://www.ledauphine.com/france-monde/2017/10/11/escroquerie-un-an-ferme-pour-l-ex-porte-parole-de-l-association-de-victimes

http://leparticulier.lefigaro.fr/jcms/p1_1699279/jusqu-a-30-000-pour-la-prejudice-d-angoisse-des-victimes-du-terrorisme

 

Quentin Corbé

Écrit par IEJ3A

Laisser un commentaire