Ce qui pourrait changer (ou non) dans les régions dirigées par le FN
Regional elections in France

Marine Le Pen, maire de Hénin-Beaumont dans le Nord-Pas-de-Calais, où le FN est maître dans la région. source : francebleu.fr

Le Front National, qui arrive en tête dans six régions (sur treize) lors du premier tour des élections régionales, est très favorable notamment en PACA et dans le Nord-Pas-de-Calais. Qu’est-ce que cela changerait sur le plan économique ?

 

Avec les résultats historiques de ce week-end, le Front National a de (très) grandes chances de diriger près de la moitié des régions françaises, dont deux les plus importantes, la Provence-Alpes-Côte d’Azur et le Nord-Pas-de-Calais. Selon Pierre Gattaz, le président du Medef, dont les propos ont été repris dans un éditorial du site usinenouvelle.com, il n’y aurait pas de bouleversement à court terme, même s’il y a des changements à prévoir sur certains domaines.

Certaines promesses impossibles à tenir
Pour Marine Le Pen, l’objectif numéro un est de « défendre le patriotisme économique » dans le Nord-Pas-de-Calais. Mais cela ne contrevient aux règles européennes des marchés publics. Quant à son objectif d’interdire les marchés publics aux entreprises ayant recours à des travailleurs détachés, elle semble difficilement conciliable avec le droit communautaire. Elle plaide aussi pour réduire la fiscalité alors que la région n’a quasiment pas d’autonomie dans le domaine, en n’ayant la main que sur la taxe sur les cartes grises, soit à peine 6 % des recettes globales régionales.

Vers un affrontement Métropole/ruralité
Privilégier les zones rurales au détriment de la métropole ne serait pas sans conséquences sur l’attractivité : Une région dirigée par l’extrême droite – et par des équipes sans expérience de gestion – pourrait rebuter les investisseurs étrangers. Le Nord-Pas-de-Calais était en 2014 la troisième destination des investisseurs étrangers industriels en France en nombre de projets et en emplois créés. De quoi handicaper encore un peu plus l’économie de cette région frontalière.

Une rampe de lancement nationale
Mais le véritable impact pour Gattaz devrait avoir lieu plus tard. Si le FN remporte d’autres élections d’ici 2017, une rampe de lancement nationale dynamiserait le parti, qui serait alors compliqué à arrêter.
D’ici là, l’extrême droite, devrait en profiter pour consolider son assise et aura alors tout le loisir de pousser les thèmes traditionnels de son programme.

 

Antoine Gibert

Écrit par antoine.gibert