Ce qu’il faut retenir de l’actualité à la mi-journée

La fin de la saga Bettencourt

Le quatrième et dernier procès de Bettencourt a lieu à partir d’aujourd’hui. A la barre, Pascal Bonnefoy, le majordome de la millardaire est poursuivi pour avoir placé un dictaphone pendant près d’un an du 25 mai 2009 au 11 mai 2010 sous son fauteuil et cinq journalistes du site Mediapart pour avoir diffusé ces enregistrements. 

Une borne wifi humaine

Une association tchèque Wifi4Life a équipé un sans-abri de Prague Kamil Krtil, avec un routeur wifi pour fournir un accès internet aux badauds. Il doit passer huit heures assis près d’une station de métro du mercredi au dimanche.

S’il est dédommagé par une aide financière et matérielle, l’idée fait controverse, et déplaît au collectif Français Les Morts de La Rue. 

Le clip sur le harcèlement fait mal

Commandé par le ministère de l’éducation à Mélissa Theuriau, pour sa campagne contre le harcèlement scolaire, le clip ne récupère pas que de bon échos. La vidéo qui doit être diffusée à la télévision ce jeudi est déjà disponible sur les réseaux sociaux et plusieurs enseignants ont fais part de leur colère contre ce clip « révoltant » et « caricatural« . On y voit une professeur peu soucieuse de la situation d’un élève pris pour cible par ses camarades. La rue de Grenelle dit « regretter » que certains enseignants se sentent blessés et assure que « le message a été bien compris par les enfants ».

Le Goncourt est connu!

A 13h, ce fut la fin du suspens pour les quatre finalistes du prix Goncourt. C’est Mathias Ednard qui remporte la récompense avec Boussole, un roman si érudit qu’il en devient une surpise en comparaison des précédents vainqueurs, empreint d’une littérature plus simple. Les autres finalistes étaient Tobie Nathan avec Ce pays qui te ressemble, Hédi Kaddour qui lui a déjà partagé le prix de l’Académie française la semaine dernière avec son roman Les prépondérants, et Nathalie Azoulai qui était « la petite outsider » d’après Didier Decoin, le secrétaire général de l’Académie,  avec Titus n’aimait pas Bénédicte.

 

Écrit par marie maxime