Ce qu’il faut retenir de l’actualité à 10h00

 
Douze morts en discothèque au Caire

Au moins 12 personnes ont été tuées dans la nuit de jeudi à vendredi dans une discothèque du Caire. Cinq personnes ont également été blessées. Il s’agirait d’une attaque au cocktail molotov. Selon les premières informations, cet acte ne serait pas un acte terroriste. L’attaque serait survenue après un différend entre des employés de la boîte de nuit et un groupe de jeunes, selon les sources de la police.

 

Pistorius coupable 

La Cour suprême d’Afrique du Sud a reconnu Oscar Pistorius, l’athlète et champion paralympique, coupable de meurtre avec préméditation. Il avait tué sa compagne Reeva Steenkamp en février 2013, alors qu’elle se rendait aux toilettes en pleine nuit. En première instance, le parquet avait condamné l’athlète pour homicide involontaire. Il encourt au moins quinze ans de réclusion.

 

Tuerie en Californie : une attaque terroriste ?

Le couple qui a tué 14 personnes et fait 21 blessés lors d’une fusillade ce mercredi à San Bernardino, en Californie, disposait d’un arsenal de munitions. Douze engins explosifs artisanaux et 5 000 cartouches de fusil d’assauts ont été retrouvés au domicile de Syed Rizwan Farook et Tashfeen Malik. Au vu de cet arsenal, les autorités affirment dorénavant que le carnage semblait prémédité. « Il serait irresponsable à ce stade de parler de terrorisme », mais « il semble qu’ils menaient une mission » dont l’objectif reste à déterminer, a dit David Bowdich, l’un des responsables du FBI.

 

Possible prolongement des contrôles frontaliers 

Les contrôles frontaliers à l’intérieur de l’espace Schengen, normalement exceptionnels, vont sans doute être banalisés. Une disposition du code Schengen (son article 26) prévoit en effet une prolongation jusqu’à deux ans « dans des circonstances exceptionnelles mettant en péril le fonctionnement global » de l’espace Schengen, « du fait de manquements graves persistants » liés au contrôle aux frontières extérieures, a expliqué une source au Conseil.

Écrit par camille nattier